LECONTREPLAQUÉ.COM

Archive for mars, 2016

Matinée du contreplaqué – Pascal Cousineau

Hotel Peninsula : Histoire d’une rénovation

ARGUMENT – Contreplaqué et humidité

COMPORTEMENT À L’HUMIDITÉ

Le contreplaqué CTB-X présente un comportement exceptionnel lorsqu’il s’agit d’humidité ou même d’eau. La qualité des collages, largement éprouvée par des tests particulièrement exigeants (72 heures dans l’eau bouillante…), permet au panneau CTB-X de répondre à des usages dits « ultimes ». De même, sa résistance à l’humidité et la très faible variation dimensionnelle constatée (2 fois inférieure à la variation dimensionnelle constatée pour les autres panneaux à base de bois) permettent au CTB-X de se targuer d’être le panneau le plus stable.

 

Retour sur La matinée du contreplaqué Téléchargez le nouveau Cahier 106

INTERVIEW- Pierre Gourvennec et Léopold Mazoyer

PIERRE GOURVENNEC et LÉOPOLD MAZOYER, ONT LIVRÉ UN STUDIO PARISIEN ENTIÈREMENT REPENSÉ AVEC LE CONTREPLAQUÉ CTB-X.

Le studio, situé dans le 20° arrondissement de Paris, était vieillissant, pâtissait de problèmes d’humidité et, en rez-de-chaussée, souffrait d’un manque de lumière. Les deux jeunes architectes sont sollicités pour résoudre l’ensemble de ces problèmes et redonner à l’espace une certaine superbe en le transformant en un « meublé moderne », laissant une place à l’appropriation par l’occupant. Contrainte : une enveloppe budgétaire de 25 000 euros tout compris. C’est peu, mais en contrepartie, le propriétaire leur laisse quasiment carte blanche. Les architectes (réunis au sein de l’entreprise Égoïne), soucieux de maîtriser leur travail de conception jusqu’à sa réalisation, ont  non seulement conçu et dessiné mais aussi fabriqué les éléments d’agencement. Un agencement qui (ils nous l’expliquent dans l’interview qui suit) repose entièrement sur du contreplaqué de pin maritime CTB-X.

Pourquoi avoir tenu à suivre et réaliser ce chantier de la conception à la réalisation ?

Il s’agit pour nous de maîtriser notre dessin jusqu’au bout… Nous voulions profiter de ce projet pour apprendre les techniques et se confronter à la construction, ses contraintes, son vocabulaire : c’est en faisant que l’on comprend. Notre démarche est aussi de faire moins de projets, mais de les suivre tout du long : c’est un rêve d’architecte… Quant à savoir s’il est réalisable à long terme, l’avenir nous le dira.

Dans cette réalisation, le bois est apparent partout… Pourquoi ce choix du bois ?

Il y a une première raison symbolique : le bois est un « matériau premier », qui nous rappelle l’enfance, la simplicité, un matériau que l’on peut « bricoler » et que l’on travaille facilement. De manière plus pragmatique, il suffit de pas grand chose pour travailler le bois car c’est un matériau sec et l’outillage est potentiellement simple. C’est enfin une matière vivante, qui offre des surprises (les motifs du bois varient, ils ne se reproduisent pas de manière standard). Bref, c’est un matériau riche. C’est aussi un matériau qui donne le goût de la structure, l’envie de comprendre le fonctionnement.

Comment le contreplaqué s’est-il imposé sur ce projet ?

Le contreplaqué est un matériau très intéressant. La grande stabilité dimensionnelle qui le caractérise facilite grandement la tâche sur ce type de projets, notamment par rapport à du bois massif. Par ailleurs, dans tout le panel des panneaux disponible, le contreplaqué présente un véritable intérêt esthétique, notamment grâce au dessin de ses chants. Nous avons d’ailleurs pris le parti de montrer ces chants (nous avons par exemple réalisé des portes rentrantes afin de laisser le cadre apparent).

Pierre GOURVENNEC et Léopold MAZOYER, deux architectes amoureux de la matière qui se sont essayés avec brio à un agencement entièrement pensé avec le contreplaqué CTB-X. Ils viennent de fonder « Égoïne ».

 

Quel était l’intérêt du pin maritime dans ce contexte ?

Deux raisons majeures : c’était un choix guidé par un intérêt économique mais aussi par une vraie valeur esthétique : le contreplaqué de pin présente en effet des dessins de veinage très contrastés et un coloris très clair qui convenait au projet où il convenait d’apporter de la lumière, avec des murs blancs.

Qu’est-ce que le contreplaqué apporte à ce projet ?

Il est plus facile à travailler que l’OSB, sa finition est plus agréable, plus esthétique et son aspect est très intéressant. Il y a également la question des assemblages, car nous tenons à tout réaliser nous-mêmes, soit avec des tourillons, soit par rainures et languettes. Ce travail est résolument plus facile avec du contreplaqué.

Qu’est-ce qui a guidé le choix de panneaux CTB-X ?

Cet appartement, en rez-de-chaussée, donne sur une cour. En même temps que l’agencement de l’appartement, nous devions également refaire le cabanon extérieur. Hors nous tenions à une certaine cohérence entre les deux (notamment du fait que le cabanon est visible depuis le studio). Et pour ce chantier extérieur, nous devions utiliser du panneau CTB-X. Nous avons donc choisi ce même matériau. Ce qui tombait bien puisque le CTB-X était un choix bien adapté pour ce studio qui avait précédemment souffert de problèmes d’humidité. Nous devions également aménager la cuisine et la salle de bain et le CTB-X s’imposait de lui-même dans ces zones humides. Enfin il fau