LECONTREPLAQUÉ.COM

Archive for septembre, 2017

INTERVIEW – Eric Jean

ERIC JEAN, ARCHITECTE NAVAL, NOUS EXPLIQUE POURQUOI IL PRIVILÉGIE LE CONTREPLAQUÉ

Le catamaran de plaisance à moteur Kairos36 a été conçu avec une philosophie de « sobriété ». Son originalité réside dans la simplicité de conception et la modularité des espaces. Sa structure légère en contreplaqué okoumé (plus d’informations sur le contreplaqué tout Okoumé) en fait un bateau léger et économique. Eric Jean, architecte naval, en est le concepteur. Fervent partisan de ce matériau pour la construction de bateaux à l’unité, il nous en explique les avantages.

Quelle est la particularité du contreplaqué dans la construction navale ?

Les matériaux généralement utilisés dans la construction navale sont l’aluminium, matériau plus lourd nécessitant une technicité de soudage et plus de travail en terme d’isolation, et le stratifié de verre, qui requiert un investissement notable pour la réalisation de moules de production. Dans la fabrication de bateaux à l’unité ou en petite série, le contreplaqué se présente comme un mode constructif économique qui ne nécessite pas d’investissements industriels. Il ne permet pas de mise en forme complexe mais s’adapte très bien à la construction à bouchains vifs. Un design original permet de « contourner » cette contrainte et de faire des bateaux très élégants comme le prouve le Kairos36. En outre, la découpe numérique et ses constants développements autorise des montages très rapides, même en série, et génère très peu de déchets. Le contreplaqué présente un rapport rigidité/poids très intéressant, qui permet de construire des bateaux légers. Le Kairos36 par exemple, ne pèse que 5 tonnes en charge. Il est propulsé par 2 moteurs de 40cv pour une vitesse maximum de 11 nœuds. En naviguant sur 1 seul moteur à 2200 tour/min le bateau marche à 7.5 nœuds pour une consommation très économique de 0.5l / Mille Nautique (consommation calculée sur une navigation de 900 MN de Corfou à Marseille).

Quel est le mode constructif du Kairos36 ?

Les caractéristiques mécaniques du contreplaqué okoumé, combinées à une structure conçue pour optimiser la matière, permettent de réduire le poids du navire, gage de performance et d’économie. Kairos36 possède une structure en contreplaqué découpé par fraise numérique, un procédé qui allie vitesse d’exécution et précision. Le kit ainsi fourni permet un montage aisé même pour des non-initiés avec une réduction des délais de fabrication sur chantier. Par ce mode constructif, le bateau est très léger, facile à construire puisque chaque coque a été montée et assemblée en seulement une semaine. Les aménagements sont en grande partie intégrés dans la structure, il n’y a donc pas de gaspillage de matière. L’assemblage a été réalisé avec des colles époxy bénéficiant d’un fort pouvoir d’adhérence et d’imperméabilité. La coque a ensuite été imprégnée d’une couche de résine époxy puis d’une peinture polyuréthane bi-composant pour assurer une parfaite imperméabilité. Pour la réalisation des ponts qui exigent plus de rigidité et d’isolation thermique, le choix s’est porté sur un sandwich (contreplaqué, âme en balsa, contreplaqué). Notons également que ce matériau offre des facilités de réparation à la portée de tous, avec du contreplaqué (ou a défaut du bois) et un kit de résine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Kairos36, un magnifique catamaran réalisé avec le contreplaqué.

 

Quel type de contreplaqué a été utilisé pour la construction du Kairos 36 ?

Il s’agit de contreplaqué okoumé avec des épaisseurs s’échelonnant entre 10 et 12 mm. Dans la construction navale, il est important d’utiliser des contreplaqués qui possèdent de bonnes performances mécaniques. Le matériau doit posséder de bons collages et des plis réguliers avec très peu de défauts. L’okoumé allie à la fois légèreté, propriétés mécaniques et qualité de collage. Il possède un bon rapport résistance/poids.

Qu’apporte la certification NF Contreplaqué Extérieur CTB-X pour ce type d’ouvrages ?

Cette certification s’applique aux panneaux de contreplaqué destinés à un usage en extérieur. Elle garantit la conformité du collage et des caractéristiques mécaniques aux exigences d’un usage extérieur. De fait, avec une meilleure résistance à l’humidité et à la reprise d’eau, les contreplaqués CTB-x sont plus résistants et plus fiables que des contreplaqués classiques.


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE SEPTEMBRE

Lire l’article « Agencement »

Lire l’argument du mois

LA LETTRE DU CONTREPLAQUÉ DE SEPTEMBRE

ARGUMENT – Ressource disponible et pérenne

CONTREPLAQUÉ ET RESSOURCE
Focus 1 – Le contreplaqué Okoumé

 


CONTREPLAQUÉ OKOUMÉ : UNE RESSOURCE RENOUVELABLE, DISPONIBLE ET ABONDANTE

Au niveau mondial, l’aire de répartition de l’Okoumé est essentiellement concentrée sur le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Sud-Ouest de la République du Congo. Avec plus de 13 millions d’hectares de surface productive, le Gabon est le pays qui concentre la grande majorité de la production d’Okoumé en Afrique. Le potentiel forestier gabonais annuel est de 1,5 millions de m3 et peut être porté d’ici à 20 ans à 2 millions de m3 en tenant compte d’un accroissement supérieur au prélèvement effectué (source « ETUDE DIAGNOSTIC ET PROSPECTIVE DU SECTEUR FORET-BOIS DU GABON », FRM, février 2014).

La politique de gestion durable des ressources forestières menée par le Gabon couplée avec un engagement fort des principaux acteurs forestiers de la filière bois gabonaise permettent de garantir une pérennité de la ressource bois Okoumé dans le temps.

Cette gestion durable est notamment rendue possible par une connaissance fine de la ressource forestière permettant une planification des prélèvements à effectuer en forêt afin d’assurer une bonne reconstitution de la forêt et créer des conditions favorables à sa régénération. Dans les faits, chaque concession forestière est aménagée, c’est-à-dire découpée en zones annuelles de coupe dont le calendrier d’exploitation est déterminé de façon à maintenir une production annuelle en quantité et par essence constante. Depuis 10 ans, une part sensible des bois d’Okoumé du Gabon a d’ailleurs obtenu une écocertification forestière.

Les producteurs français de contreplaqué ont par ailleurs développé depuis plus de 30 ans des partenariats industriels stratégiques au Gabon pour assurer leur approvisionnement en Okoumé. Conscients des enjeux liés à la pérennité des écosystèmes forestiers forêts et tout particulièrement d’une essence comme l’Okoumé, les producteurs français de contreplaqué privilégient cette collaboration avec les acteurs forestiers de la filière bois gabonaise et veillent particulièrement à la régénération des forêts.

Ce fort engagement de tous les acteurs de la filière bois franco-gabonaise permet aujourd’hui la conformité de l’ensemble des contreplaqués Tout Okoumé aux exigences du Règlement Bois de l’Union Européenne (cf Lecontreplaque.com/règlementation), rempart européen contre l’exploitation illégale des forêts et clé de voute d’une gestion responsable et durable des approvisionnements en bois.

 


A CONSULTER/ À TÉLÉCHARGER

POUR EN SAVOIR PLUS : RENDEZ-VOUS SUR LE SITE

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE : « CONTREPLAQUÉ TOUT OKOUMÉ »


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE SEPTEMBRE

AGENCEMENT/ esthétique et modulaire

MODULABLES/ ÉVOLUTIFS/ ESTHÉTIQUES : LOGEMENTS SOCIAUX, AVEC LE CONTREPLAQUÉ

Ambitions et solution contreplaqué

Niché dans le 14e arrondissement de Paris, cet ancien immeuble de rapport découpé en petits studios a été surélevé et entièrement restructuré pour réaliser 8 logements sociaux modulables. Une première en France qui vise à répondre aux nouveaux enjeux sociétaux et à la diversification des structures familiales. Le contreplaqué occupe ici une place importante dans l’agencement intérieur grâce à la création de cloisons amovibles permettant à l’occupant de modifier son logement au gré de ses envies et de ses besoins.

Multiplier les possibilités d’aménagement

Les cabinets d’architectes Vazistas et Fay ont retravaillé la partition des niveaux afin de proposer des appartements familiaux plus grands, qui s’adaptent et multiplient les possibilités d’aménagement (naissance, télétravail, famille recomposée, hébergement temporaire). « L’enjeu de ce projet a été, à partir d’une configuration simple, de pouvoir transformer le logement facilement, explique Jean-Nicolas Fay, l’un des architectes en charge du projet. Notre idée a été de proposer des logements modulables avec un système à la fois simple et robuste. Dans ces logements, l’occupant est acteur de son espace et il peut le modifier en fonction des besoins : cuisine ouverte ou fermée par exemple ».

Cloisonner, décloisonner

Ce sont des panneaux en contreplaqué mobiles qui incarnent ce potentiel. Il s’agit de cloisons séparatives composées de panneaux modulables, coulissants ou battants, qui permettent de fermer et de couper une pièce en deux. Au dernier étage, les volets intérieurs sont également en contreplaqué. « Notre choix s’est porté sur du contreplaqué de pin maritime d’environ 30 mm d’épaisseur, poursuit-il. C’est un matériau qui apporte une touche chaleureuse, une texture très présente dans les intérieurs et qui se marie parfaitement avec le plancher en bois. Il se travaille facilement et est économique. Contrairement au médium, qui est très lourd, ou à l’aggloméré, qui comporte beaucoup plus de colle, le contreplaqué se présentait comme la meilleure solution en termes de qualité et de prix, le bois massif abouté étant plus cher ». Environ 50m2 de contreplaqué ont été nécessaires à la réalisation de ces cloisons amovibles.

ELOGIE_11_04Photo : Agnès Clotis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un appartement capable de s’adapter aux évolutions des besoins de ses occupants grâce à un principe de panneaux de contreplaqué proposant cloisonnement et décloisonnement.  (photos Agnès Clotis)

FICHE PROJET

Réalisation : restructuration d’un immeuble pour la création de logements sociaux modulables I Localisation : Paris (75014) I Livraison : août 2016 I Surface SHON: 830 m² I Maîtrise d’ouvrage :  ÉLOGIE  I  Architectes : VAZISTAS (HELLHAKE + GRAVES ARCHITECTES), FAY ARCHITECTE I BET Structure :  METZ INGENIERIE I BET Energie Environnement : TRIBU ENERGIE I BET Fluides : PHUNG CONSULTING I Budget :  1 385 000 € HT

 


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE SEPTEMBRE

Lire l’argument du mois

Lire l’interview « Construction nautique »

LA LETTRE DU CONTREPLAQUÉ DE SEPTEMBRE