ÉVOLUTIONS DU CONTREPLAQUE : JEAN-MARIE GAILLARD POINTE LES ÉVOLUTIONS NOTABLES QUE LE CONTREPLAQUÉ A CONNU AU COURS DES DERNIÈRES DÉCENNIES.


ESSENCES

La première évolution à laquelle je pense, c’est celle des essences employées : il y a une nette augmentation de l’utilisation de placages pin maritime et peuplier au cours des dernières années, sans doute liée à un souhait du marché d’utiliser des essences de bois locales.

COLLES

Les colles sont un autre terrain d’évolution : les colles aujourd’hui utilisées sont très peu émissives. A tel point que l’on atteint quasiment les taux de formaldéhydes naturellement émis par le bois.

FORMATS

Le format des panneaux a également connu des modifications : autrefois, il y avait un format unique, le « format impérial » (8 pieds sur 4, soit 2,50 x 1,22 m). Ce format correspondait exactement aux dimensions intérieures des petites camionnettes… Aujourd’hui, les fabricants proposent une multitude de formats, globalement plus grands que cet ancien standard.

IGNIFUGATION

Il faut également souligner le développement des panneaux ignifugés (Euroclasse B) dont les fumées émises sont avérées non toxiques.

ÉVENTAIL DE PERFORMANCES

Quant aux performances… la multiplicité de compositions possibles (essences, nombres de plis, épaisseurs…) permet une très large palette d’utilisations, tant pour des usages esthétiques que dans des emplois à caractéristiques mécaniques élevées.

 

Architecte : Gauffeny (22)

CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES : LE CONTREPLAQUÉ… ET LES AUTRES ?

Ce type de panneau présente des propriétés mécaniques proches de celles du bois massif. Par contre, il surpasse la nature sur le terrain de la stabilité dimensionnelle. Pour exemple : si on met une planche de sapin massif d’un 1 mètre de large dans une ambiance à 85% d’humidité puis qu’on la passe dans une ambiance à 30% d’humidité, la planche aura perdu 4 cm dans sa largeur, tandis qu’une plaque de contreplaqué n’aura perdu que 1,5 mm dans les deux sens.

Il s’affranchit également des limites fixées par la nature en matière de dimensions… Longueurs et largeurs ne sont ainsi pas limitées par la taille des arbres ou des billes. On trouve en outre aujourd’hui une large gamme d’épaisseurs, allant de 5 à 40 mm.

Lire l’interview intégrale de Jean-Marie Gaillard sur le nouveau Cahier 106

Lire l’argument du mois