LECONTREPLAQUÉ.COM

Approvisionnements

 
 
 
Photo : Joubert

Photo : Joubert

RBUE et légalité

En Europe, la mise sur le marché de bois ou produits à base de bois est soumise au Règlement sur le Bois de l’Union Européenne (RBUE) applicable depuis le 3 mars 2013. Ce règlement vise à bannir du marché communautaire le bois et les produits dérivés issus d’une récolte illégale.

En conséquence, les entreprises européennes ont l’obligation d’apporter la preuve (procédure de « Due Diligence ») de la légalité des bois qu’ils mettent sur le marché et de développer un système de traçabilité sans faille. Ces exigences s’appliquent à tous les bois et produits à base de bois, quelle que soit leur provenance (locale ou d’importation)..

Photo : Joubert

Photo : Joubert

Essences locales

Les forêts françaises offrent une ressource abondante et renouvelée aux industriels du contreplaqué, aussi bien en résineux (avec le pin maritime) qu’en feuillus (avec le peuplier, qui fut la première essence déroulée). Pin maritime comme peuplier sont en grande majorité issus de plantations éco-certifiées, garantissant une gestion durable des forêts.

D’autre part, les transports entre cette ressource et sa transformation sont réduits à leur minimum puisque les usines sont implantées à proximité de leur ressource principale afin de mieux contrôler la chaine d’approvisionnement (l’échelle maximale étant en général la région : Aquitaine et Poitou-Charentes).

Photo : Rougier

Photo : Rougier

Essence exotique

Au-delà des essences locales, les fabricants français mettent en œuvre une essence exotique, l’okoumé, provenant majoritairement du Gabon. Cette essence, particulièrement appropriée à la fabrication de contreplaqué, représente un quart de la ressource forestière gabonaise (estimée à 22 millions d’hectares). Il se renouvelle par auto-régénération, ce qui va de pair avec une exploitation raisonnée de la ressource. Cette exploitation est donc soumise à des règles extrêmement strictes, qui ont été pionnières en matière de gestion durable du patrimoine forestier. Une phrase résume à elle seule cette gestion exigeante : 1 arbre prélevé par hectare, tous les 20 ans…

Garanties en matière de respect de l’environnement
  • Des forêts éco-certifiées : contrôle et garantit la gestion durable et le renouvellement des forêts gabonaises exploitées.
  • Des exploitants sous programme forestier CFAD (Concession Forestière sous Aménagement Durable) : garantie d’une exploitation de la forêt respectant l’environnement et preuve d’une éthique sociale et économique bénéfique au Gabon.