LECONTREPLAQUÉ.COM

All posts in News

INFO / Les FDES du contreplaqué

DONNÉES ENVIRONNEMENTALES ET SANITAIRES
LES 7 FDES DU CONTREPLAQUÉ, ACCESSIBLES EN LIGNE


Une des 7 FDES du contreplaqué

Une des 7 FDES du contreplaqué

Les fabricants français du contreplaqué ont réalisé, avec le soutien du CODIFAB, 7 Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire collectives.

 

Étant donnée la multi-performance du matériau et sa simplicité à être choisi pour des usages « bâtiment » tant structurels que non-structurels, intérieurs ou extérieurs, le choix des types de panneaux (choix de l’essence et type de collage) étudiés s’est fondé tant sur leur disponibilité que sur leur pertinence à l’usage.

Les 7 FDES publiées concernent :

  • Contreplaqué 100% Pin Maritime produit en France pour usage contreventement (collage PF),
  • Contreplaqué 100% Pin Maritime produit en France pour usage plancher ou toiture (collage PF),
  • Contreplaqué 100% Peuplier produit en France pour usage en Agencement Intérieur (2 fiches : collages UF et collage PF)
  • Contreplaqué Okoumé/Peuplier produit en France pour multi-usages (collage PF)
  • Contreplaqué 100% Okoumé produit en France pour usages revêtements intérieurs et extérieurs (collages PF et MUF).

Attention, ces fiches ne sont valables que pour les contreplaqués fabriqués en France, avec les collages mentionnés : alors vérifiez bien l’origine de vos produits et n’hésitez pas à interroger votre revendeur ! (Vous pouvez en profiter pour réclamer les Déclarations de Performance et le Marquage CE, ainsi que le Marquage Sanitaire, imposé par la réglementation française !)

Comment différencier les collages PF des collages UF/MUF ?

C’est simple : les colles PF sont colorées (couleur « cassis »), le collage se distingue donc bien sur la « tranche » du panneau, la ligne de collage venant renforcer d’ailleurs, le côté « graphique » du chant. Il n’est en revanche pas possible de distinguer un collage UF d’un collage MUF : les deux colles étant « transparentes » et n’étant pas visibles sur le chant ; l’effet graphique naturel du chant de contreplaqué est dû uniquement à l’alternance du sens des fibres du bois, les feuilles de bois étant croisées à 90° lors de la réalisation du panneau.

Télécharger les FDES du contreplaqué – Ces FDES sont en cours de publication sur la base française INIES

 


A CONSULTER/ ARTICLES ET INFORMATIONS

VIVRE BOIS LE CONTREPLAQUÉ DANS AMC LA LETTRE INFOS DE JUIN ARGUMENT AVRIL : Matériau renouvelable, Matière durable

 

MEDIA / Le contreplaqué dans AMC

CONTREPLAQUÉ ET AMÉNAGEMENT INTÉRIEUR :
ESTHÉTIQUE ET ÉCOLOGIQUE

(Une interview publiée dans l’annuel 2019 ‘Intérieur’ de la revue AMC)
Réalisation La Fabrique + Et si… Architecture – Photo : Frenchie Cristogatin

Le contreplaqué séduit le monde de l’agencement intérieur par son esthétique, ses propriétés mécaniques et son prix. La Fabrique, ébénisterie locale, collaborative et solidaire, réalise des projets d’agencement, du mobilier, des scénographies, des pièces d’artistes. Si elle travaille avec du bois massif et des panneaux, son matériau de prédilection reste le contreplaqué. Fabrice Poncet, co-fondateur de La Fabrique, nous explique pourquoi.

La Cabane-Lit - Réalisation : La Fabrique + Et si.... Architecture - Photo Frenchie Cristogatin

La Cabane-Lit – Réalisation : La Fabrique + Et si…. Architecture – Photo Frenchie Cristogatin

Vous dîtes que le contreplaqué répondrait aux attentes de vos clients. Comment ?

Nous avons utilisé le contreplaqué dans de nombreux projets récemment: pour l’Away Hostel à Lyon, une chambre d’hôte, un parcours pour enfants, le « Tunnel Senda », notre prototype dans le cadre du projet « Cadre de Vie des Immeubles à Vivre Bois »… Les architectes, designers, scénographes, plasticiens avec lesquels nous travaillons recherchent une esthétique particulière. Le contreplaqué répond à cette attente en alliant bois massif et chants graphiques.

Que vous apporte-t-il de plus pour l’aménagement intérieur ?

Le contreplaqué est une superposition de minces feuilles de bois, croisées, collées et pressées à chaud. Ses faces de vrai bois séduisent beaucoup. Mais surtout, par rapport au bois massif, il cumule d’excellentes propriétés de résistance (et reste cintrable), de grandes dimensions et une très intéressante stabilité vis-à-vis des variations hygrothermiques. Son rapport qualité/prix est également un bon compromis.

La conception, au 21° siècle, ne peut ignorer l’impact sur l’environnement…

A la Fabrique, nous nous efforçons de travailler avec des matériaux plus sobres et plus durables, selon une logique d’éco-conception où l’équilibre entre 5 critères nous permet de choisir les matériaux: l’esthétique, les caractéristiques mécaniques, le coût, la qualité de l’air intérieur, le « cycle de vie ». Cette notion de bilan « cycle de vie » est essentielle à l’éco-conception et les panneaux contreplaqués apportent de vraies réponses: leur potentiel de réemploi – assemblables/ démontables /réutilisables ; leur capacité à supporter plusieurs cycles de réparation / rénovation / nition, contrairement à un mélaminé ou un stratifié difficilement réparables; en n de vie, ils peuvent être recyclés. En n il faut demeurer attentif à la provenance du produit et à l’origine du bois, des points sur lesquels nous manquons souvent d’informations. La Fabrique privilégie les contreplaqués européens, issus d’une ressource européenne, pour des raisons de durabilité et de circuits courts.

Et vis-à-vis du confort de l’utilisateur, de l’habitant ?

Dans un projet, il faut trouver le juste équilibre entre l’esthétique, la performance technique, le prix, la provenance et la qualité de l’air intérieur. Le contreplaqué est intéressant de ce point de vue car il propose un « univers bois » avec des panneaux techniques et performants.

Mais surtout, au-delà de ces aspects, la présence du bois va de pair avec un certain confort de vie : il procure une ambiance chaleureuse.

Voir l’article


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE JUIN

L’ARGUMENT : 7 FDES du contreplaqué VIVRE BOIS LA LETTRE INFOS DE JUIN

AGENCEMENT/ Vivre Bois avec le contreplaqué

L’exposition Vivre Bois, organisée en mai dernier par Adivbois à Paris, a mis le panneau contreplaqué à l’honneur. Trois prototypes grandeur nature d’aménagement intérieur illustraient ainsi les solutions du Cadre de Vie pour les Immeubles à Vivre Bois. Les trois équipes pluridisciplinaires (architectes, designers, bureaux d’étude, agenceurs intégrateurs, industriels…) ont travaillé sur un projet industrialisable, intégrant le réemploi, la modularité, la flexibilité, la personnalisation et la réversibilité des espaces.

Aucune injonction à utiliser le contreplaqué dans l’appel à projet. Et pourtant… on le retrouve dans chacun des prototypes. De fait, matériau durable, réutilisable et recyclable, esthétique de la matière, approche environnementale et facilité d’usinage comme de cintrage ont contribué à la présence du panneau au cœur de ce projet ambitieux. Objectif de l’expérimentation Vivre Bois ? Proposer aux utilisateurs comme aux maîtres d’ouvrage une nouvelle manière de cloisonner et décloisonner les volumes et de condenser les fonctions dans ces éléments d’agencement pour optimiser l’espace. Un beau défi relevé par les trois équipes :

Le projet A-PART / Partition adaptable a valorisé la filière bois ainsi que l’économie circulaire et collaborative. Le projet est constitué de trois types de partitions – ou de cloisons (fonctionnelles, mobiles et techniques) qui permettent de faire évoluer le cadre de vie en fonction des besoins et des envies. L’originalité de ce projet repose sur le réemploi de mobilier provenant d’Emmaüs et de rebuts de l’industrie du bois. Le contreplaqué a été utilisé comme élément structurel mais aussi dans la fabrication de mobilier (placard, bibliothèque).

 

Le projet Capsule Capable est certainement le plus représentatif sur les possibilités que peut offrir le contreplaqué avec sa coque aux bordures courbes qui procure style, confort et isolation acoustique dans un contexte dédié à une pièce humide. Ce prototype est un espace compact de 5 m2 constitué d’un mur technique autour duquel ont été installés une salle de bain avec WC d’un côté, une cuisine (qui peut être remplacée par un espace dressing ou un bureau) de l’autre, et des rangements sur la paroi latérale. Préfabriquée en usine, la capsule peut être montée et démontée rapidement avec des éléments dimensionnés pour passer dans la largeur d’une porte de distribution. Ce système plug & play, qui se clipse avec une extrême simplicité sur les réseaux, s’adapte ainsi à de nombreuses configurations, en neuf comme en rénovation.

 

L’équipe du projet Macro-Meuble s’est quant à elle concentrée sur les espaces servants, à savoir les pièces de service (entrée, pièces humides, buanderie). Cette bande « servante », se présente comme une succession de mini-pièces utiles et adaptables. Elle est constituée de macro-meubles ayant une fonction séparative et une fonction meuble. Ces cloisons-meubles permettent une optimisation de l’espace et sont démontables et adaptables. Entièrement personnalisables, les portes coulissantes donnant accès aux pièces ainsi que les façades de ce prototype sont réalisées en panneaux contreplaqué de peuplier.

Vivre Bois- Prototype A-PART avec structure en contreplaqué

 

 

 

Vivre Bois – La Capsule Capable : une coque en contreplaqué qui condense salle de bain, rangement et cuisine ou bureau dans 5m2

 

 

 

 

 

Vivre Bois - Le Macro-Meuble est un élément séparatif qui, mieux qu'une simple cloison, contient des pièces fonctionnelles

Vivre Bois – Le Macro-Meuble est un élément séparatif qui, mieux qu’une simple cloison, contient des pièces fonctionnelles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


EN SAVOIR PLUS…

Les prototypes présentés par leurs équipes, en vidéo


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE JUIN

L’ARGUMENT : 7 FDES du contreplaqué LE CONTREPLAQUÉ DANS AMC LA LETTRE INFOS DE JUIN

GALERIE PHOTOS/ LES PROTOTYPES DU VIVRE BOIS

CONSTRUCTION/ Le point de vue de Laurent Piron

ÉCONOMIE DE MATIÈRE / ÉCONOMIE DE PROJET
INTERVENTION CROISÉE DE LAURENT PIRON  – Architecte, Biotopes,
et JEAN-MARIE GAILLARD, Expert panneaux- FCBA
MATINÉE DU CONTREPLAQUÉ 2019


BAM / Biotopes Architectes

 

« Nous allons vous prouver
que l’on peut faire plus avec moins »

 

 

Le concept du BAM System avait été présenté en 2016, lors de la première Matinée du Contreplaqué. Trois ans plus tard, l’architecte Laurent Piron revient pour montrer les évolutions et les perspectives de ce système.

Pour accompagner ce retour d’expérience, Jean-Marie Gaillard met en avant un atout majeur du contreplaqué : sa légèreté au regard de ses caractéristiques mécaniques. C’est grâce à cet atout que le contreplaqué permet une réelle économie de matière (avec, par exemple, des planchers beaucoup plus légers à performances égales) ou des économies de transport. Un avantage qui a été mis à profit avec le principe de modules en contreplaqué de pin maritime (BAM system) qu’aujourd’hui Laurent Piron utilise dans ses projets.

Le contreplaqué fait partie intégrante du concept car il répond à toutes les exigences : fabrication française, résistance mécanique élevée, découpe laser, mise en œuvre simplifiée par un haut degré de préfabrication, légèreté du panneau et du module, résistance aux intempéries, stabilité dimensionnelle… «Nous n’aurions pas pu mettre au point ce process sans le contreplaqué» témoigne l’architecte.

Restait la rentabilité du système… qui a appelé la modélisation, permettant de rationaliser le concept et d’en améliorer la reproductibilité, voire la réversibilité.

VOIR la présentation complète

A CONSULTER/ LES ARTICLES D’AVRIL

 

SANTÉ/ Le point de vue du Dr Florence Aviat

LES ATOUTS DU BOIS POUR LA SANTÉ DE L’HOMME
INTERVENTION DE FLORENCE AVIAT  – Docteur en biologie, YouR ReasearcH, Bio-scienfic
MATINÉE DU CONTREPLAQUÉ 2019


Restaurant le Green Love Marseille – Mind Architecture

 

« 70 études prouvent que
le bois est micro-biologiquement sain. »

 

 

Le docteur Florence Aviat, biologiste, s’intéresse aux propriétés antimicrobiennes et bactéricides du bois. Un travail qu’elle met notamment en pratique dans le cadre d’une étude sur le contact alimentaire. Un sujet qui va bien au-delà du contact alimentaire : atouts pour l’environnement (circuits courts et bilan carbone), atouts pour la santé publique, puis atouts pour la santé du consommateur, sont autant de champs qu’elle explore.

Entre autres exemples, Florence Aviat aborde de cas de l’ESEAN (Établissement de Santé pour Enfants et Adolescents de la région Nantaise), un établissement pionnier (en 2010), construit et aménagé 100% en bois (cloisonnement, mobilier, et notamment les lits) et dont la structure bois est laissée apparente. Une réalisation qui vient prouver les vertus du bois en contexte hospitalier. (voir la vidéo de bois.com diffusée lors de la présentation de Florence Aviat)

Qui plus est, la biologiste (faisant état d’une étude au Japon) explique que, outre des vertus salvatrices sur le rythme cardiaque ou le sommeil, le bois permet d’améliorer le moral et, à ce titre, d’accompagner efficacement des traitements lourds. Au- delà, certaines essences de bois ont prouvé leur effet bactéricide (notamment sur le Staphylocoque doré ou la listéria). Le bois, entre autres avantages, est un piège à bactéries et micro-organismes…

Les champs du bien-être et de la santé s’ouvrent devant le bois et le contreplaqué.

VOIR la présentation complète

A CONSULTER/ LES ARTICLES D’AVRIL

 

ÉCO-CONCEPTION/ Le point de vue de Fabrice Poncet

ÉCO-CONCEPTION : UN COMPROMIS ENTRE CONCEPTEUR ET FABRICANT
INTERVENTION DE FABRICE PONCET  – Agencement-Design-Mobilier, La Fabrique
MATINÉE DU CONTREPLAQUÉ 2019


Tunnel SENDA/ La Fabrique/ CA-Micro-Onde-2018-Kodomo-No-Kuni-076

 

« Au 21ème siècle, il s’agit de comprendre
et d’agir sur le cycle de vie. »

 

 

 

Projet AWAY HOSTEL à Lyon/ La Fabrique

Projet AWAY HOSTEL à Lyon/ La Fabrique

Fabrice Poncet débute son intervention en présentant divers projets réalisés avec le contreplaqué (le projet Away Hostel à Lyon, avec du contreplaqué de peuplier ; une cabane-lit en contreplaqué de pin maritime, avec Et si… Architecture ; le «Tunnel Senda», parcours pour enfants ; une table, réalisée en contreplaqué de hêtre avec l’Atelier Dito). A travers ces réalisations, il explique son choix, qui repose éminemment sur les avantages pour les utilisateurs : vrai bois, simplicité, esthétique, qualité mécanique, coûts…. sont au rang des avantages du contreplaqué.

Mais ces avantages sont aujourd’hui challengés par une vision nouvelle, propre aux enjeux du 21ème siècle : « Aujourd’hui, nous avons envie de comprendre et d’agir sur le cycle de vie. » Designer mais aussi menuisier, le co-fondateur de La Fabrique explique la nécessité de choisir selon cinq critères :

  • esthétique,
  • qualités mécaniques,
  • coût,
  • cycle de vie (fabrication française, matières locales, durabilité),
  • qualité de l’air intérieur.

Le contreplaqué se positionne déjà très bien vis-à-vis de ces critères aujourd’hui. Un travail collectif permettra d’aller plus loin encore dans cette démarche exigeante. Le dialogue et le partage d’informations entre la conception, les usagers et les fabricants est essentiel, permettant à chacun de mieux maitriser ses choix, pour aboutir à l’excellence.

VOIR la présentation complète

A CONSULTER/ LES ARTICLES D’AVRIL

 

ARCHITECTURE/ Le point de vue de JOAA

ARCHITECTURE/ DESIGN/ AGENCEMENT… AVEC LE CONTREPLAQUÉ
INTERVENTION DE OLIVER JACQUES – Architecte et designer, JOAA
MATINÉE DU CONTREPLAQUÉ 2019


JOAA_ILOT- Crédit photo_V Huygue

« Être plus proche de la matière
et de l’environnement auquel elle se destine. »

 

Géant Caché, JOAA -  Ourcq architecture - ©camillegharbi et Olivier Jacques architecte

Géant Caché, JOAA – Ourcq architecture – ©camillegharbi et Olivier Jacques architecte

 

 

 

A travers un ensemble de réalisations menées avec le contreplaqué, Olivier Jacques met en exergue les raisons qui le motivent à faire usage de ce panneau dans ses projets d’architecture intérieure comme de design : « Pour un projet d’agencement (Le Géant Caché), je cherchais des panneaux de grandes dimensions fabriqués en France », c’est ainsi qu’il découvre le contreplaqué, dont il s’évertue à dévoiler deux visages : l’aspect esthétique du bois (sur le pli de surface) et l’aspect graphique, révélant sa composition (sur sa tranche).

Pour ce concepteur, le contreplaqué est à la fois hybride et contemporain et se prête aisément à l’agencement comme à la microarchitecture. Le projet Ilot montre ainsi un «objet» qui se déploie à l’image d’une nappe pour devenir fauteuil, siège, table basse…

Pourquoi le contreplaqué ? « Il répondait au désir de bois et présentait la rigidité requise. » Olivier Jacques est également un fervent défenseur du dia- logue entre les matériaux. Dialogue où le contreplaqué propose de belles perspectives.

VOIR la présentation complète

A CONSULTER/ LES ARTICLES D’AVRIL

 

NAVAL/ Le point de vue d’Eric Jean

CONTREPLAQUÉ EN CONSTRUCTION NAVALE : ÉCONOMIE ET PRÉCISION
INTERVENTION DE ÉRIC JEAN – Architecte naval, agence EJ
MATINÉE DU CONTREPLAQUÉ 2019


Détail de l’aménagement du KAIROS- crédit Eric Jean

 

« Rapidité de construction, facilité d’usinage avec moins d’investissement, possibilité de personnalisation, et surtout, une véritable économie de matière. »

 

Pourquoi utiliser du contreplaqué en construction navale ? « C’était au départ une volonté, motivée par une économie en termes de coûts » C’est ainsi qu’Eric Jean répond à la question qui lui est posée sur les raisons qui l’ont mené à construire le Kairos en contreplaqué «Tout Okoumé».

L’intervention de cet architecte naval vient souligner comment une essence spécifique – en l’occurrence l’okoumé – est choisie en fonction des réponses qu’elle apporte aux contraintes imposées par l’usage. Le nautisme est, de fait, une destination de prédilection du contreplaqué, okoumé, car il apporte les solutions nécessaires en termes de performances mécaniques (rapport légèreté/ rigidité) comme de résistance à l’humidité.

Crédit Eric Jean

Crédit Eric Jean

Au-delà de ces atouts, Eric Jean explique comment la résine a remplacé le contreplaqué au cours des dernières décennies et pourquoi le contreplaqué est en train de revenir : « Rapidité de construction, pas de moules comme pour la résine et donc moins d’investissement, une véritable économie de matière et la possibilité de personnaliser…»

L’homme de l’Art  n’oublie pas cependant de citer ses faiblesses, comme la fragilité des plis de surface, et l’absolue nécessité de protéger les chants. Mais la précision accordée par la découpe numérique et les techniques de collage à la résine époxy -qui garantissent une réelle étanchéité- sont de réels atouts qui font du contreplaqué «Tout Okoumé» une réponse pertinente aux attentes des fabricants et utilisateurs de bateaux.

Et cette intervention d’illustrer parfaitement la recherche d’équilibre entre le choix d’un matériau renouvelable, d’une essences qui n’est pas en circuit court mais qui apporte les solutions attendues par rapport à l’usage, d’une matière durable permettant l’économie de projet.

VOIR la présentation complète

A CONSULTER/ LES ARTICLES D’AVRIL

 

ARGUMENT/ Renouvelable et durable

MATÉRIAU RENOUVELABLE / MATIÈRE DURABLE
(
INTERVENTION DE SABINE BOURY – Déléguée Générale, UIPC)
MATINÉE DU CONTREPLAQUÉ 2019


 

 

 

« Un matériau n’est renouvelable que si la ressource est durable. »

 

Sabine BOURY a débuté sa présentation en dessinant l’écosystème du contreplaqué aujourd’hui (de la ressource à la fin de vie), soulignant la chaîne des acteurs et leurs sphères d’influence, afin d’identifier ceux de leurs choix, pouvant infléchir le « bilan de vie » du matériau.

 

Producteurs, fabricants, concepteurs, metteurs en œuvre et utilisateurs… jouent tous un rôle important, à un moment donné, et influent par leurs arbitrages sur le cycle de vie du contreplaqué. Ainsi, le choix du contreplaqué utilisé et sa provenance sont d’importance. Car,  chaque contreplaqué peut offrir, selon les essences et le collage, des caractéristiques spécifiques (tant en matière mécanique, qu’en termes esthétiques ou de durabilité) qui déterminent le domaine d’usage. Mais, le contreplaqué est par excellence polyvalent, laissant à l’utilisateur son libre-arbitre selon l’ordre de priorité de ses critères d’exigence. Il importe donc d’être conscient des impacts que ce choix peut induire, au premier chef sur une exigence de «circuit court».

L’offre française est particulièrement diversifiée, en capacité de produire des panneaux contreplaqués répondant à toute la palette des usages. Pour accompagner cette offre, la profession a développé de nombreux outils pour faciliter le partage d’informations : Fiches de déclaration Environnementale et Sanitaire, étiquetage sanitaire, éco-certification, en sont quelques exemples.

Les industriels français portent une attention active à leurs sources d’approvisionnement en matière première. De fait, considérer la disponibilité de la ressource est un principe fondamental, pour :

  • assurer la pérennité du matériau et du processus industriel,
  • assumer la responsabilité sociétale et environnementale,
  • garantir les légalité et « soutenabilité » de la ressource pour assurer la  renouvelabilité  du matériau.

L’exemple du peuplier illustre parfaitement cette implication « éco2 » (écologique x économique) des industriels, à l’échelle des territoires. Avec plusieurs objectifs : conforter les acteurs de la ressource et contribuer à leur donner les moyens de répondre à l’ensemble des exigences de gestion durable des écosystèmes forestiers… afin d’en assurer la pérennité.
En savoir plus

Quid du développement de contreplaqués à partir d’autres essences françaises ? Sabine Boury répond : «Toutes les essences de bois ne sont pas déroulables ; toutes ne permettent pas de répondre aux contraintes ou exigences d’un process industriel. En revanche, les techniques de replaquage, utilisées pour la production de panneaux dits « décoratifs » apportent une vraie réponse en conciliant support contreplaqué français et diversité d’essences pour le placage de face visible.»

VOIR la présentation complète

 


A CONSULTER/ LES ARTICLES RÉCENTS

MATINÉE 2019/ Eco-actions

CONTREPLAQUÉ : VOIE D’ÉCO-ACTIONS
RETOUR SUR L’ÉDITION 2019 DE LA MATINÉE DU CONTREPLAQUÉ


Photo La Fabrique – EY

 

L’année 2019 a débuté pour le contreplaqué par une réflexion autour de ce matériau comme « voie d’éco-actions ». Comment le contreplaqué offre et progresse vers de multiples pistes pour accompagner les ouvrages et leurs acteurs vers plus de respect de l’homme et de l’environnement.

Nous vous livrons ici une synthèse des pistes ouvertes à l’occasion de la Matinée 2019. Chaque intervention fera l’objet d’articles, publiés au cours des prochaines semaines.

En France, la résonance durable du contreplaqué est à la fois une évidence mais aussi et surtout un travail constant de la profession pour amener ce noble panneau à un niveau qui permette de répondre aux enjeux de notre temps. Aussi la Matinée a choisi cette année de s’arrêter sur cette approche complexe, qui embarque non seulement le panneau et ses fabricants, mais aussi toute une chaine d’acteurs qui, depuis la ressource jusqu’à l’usage (et la fin de vie), sont amenés à faire des arbitrages en vue de répondre à l’objectif d’excellence citoyenne qu’ils se sont fixé.

Cycle de vie, matières premières, fabrication, éco-conception, économie de matière et de projet, effets sur le bien-être des occupants… les critères sont nombreux. Pour aller plus avant sur les pistes de l’éco-action, et permettre des choix équilibrés, l’information est indispensable : le partage d’informations et de points de vue était ainsi au cœur de l’édition 2019 de la Matinée du Contreplaqué. (voir les présentations)

Informer pour mieux agir
Romain Rougier, Président de l’Union des Industries du Panneau Contreplaqué, souligne ainsi l’importance de l’information de tous les acteurs du projet : « le véritable enjeu pour accéder à une réelle efficacité environnementale ».  Car l’excellence est une ambition qui ne peut être atteinte que collectivement ; par l’élaboration d’un savant équilibre, répondant le mieux possible à l’ensemble des contraintes.

Durabilité + économie de matière
Au-delà ce cette nécessaire information de tous, le contreplaqué se distingue par une vertu hautement environnementale : « C’est un panneau intrinsèquement qualitatif, qui dure dans le temps. Un atout précieux à l’ère de l’obsolescence programmée ». Car le mot « durable » va de pair avec les notions d’économie, de respect, d’ancrage territorial et de responsabilité sociétale. Cette durabilité est aussi un gage d’économie de matière à long terme.

VOIR les présentations

A CONSULTER/ LES ARTICLES DE LA MATINÉE