LECONTREPLAQUÉ.COM

All posts in Réalisations

INTERVIEW – Eric Jean

ERIC JEAN, ARCHITECTE NAVAL, NOUS EXPLIQUE POURQUOI IL PRIVILÉGIE LE CONTREPLAQUÉ

Le catamaran de plaisance à moteur Kairos36 a été conçu avec une philosophie de « sobriété ». Son originalité réside dans la simplicité de conception et la modularité des espaces. Sa structure légère en contreplaqué okoumé (plus d’informations sur le contreplaqué tout Okoumé) en fait un bateau léger et économique. Eric Jean, architecte naval, en est le concepteur. Fervent partisan de ce matériau pour la construction de bateaux à l’unité, il nous en explique les avantages.

Quelle est la particularité du contreplaqué dans la construction navale ?

Les matériaux généralement utilisés dans la construction navale sont l’aluminium, matériau plus lourd nécessitant une technicité de soudage et plus de travail en terme d’isolation, et le stratifié de verre, qui requiert un investissement notable pour la réalisation de moules de production. Dans la fabrication de bateaux à l’unité ou en petite série, le contreplaqué se présente comme un mode constructif économique qui ne nécessite pas d’investissements industriels. Il ne permet pas de mise en forme complexe mais s’adapte très bien à la construction à bouchains vifs. Un design original permet de « contourner » cette contrainte et de faire des bateaux très élégants comme le prouve le Kairos36. En outre, la découpe numérique et ses constants développements autorise des montages très rapides, même en série, et génère très peu de déchets. Le contreplaqué présente un rapport rigidité/poids très intéressant, qui permet de construire des bateaux légers. Le Kairos36 par exemple, ne pèse que 5 tonnes en charge. Il est propulsé par 2 moteurs de 40cv pour une vitesse maximum de 11 nœuds. En naviguant sur 1 seul moteur à 2200 tour/min le bateau marche à 7.5 nœuds pour une consommation très économique de 0.5l / Mille Nautique (consommation calculée sur une navigation de 900 MN de Corfou à Marseille).

Quel est le mode constructif du Kairos36 ?

Les caractéristiques mécaniques du contreplaqué okoumé, combinées à une structure conçue pour optimiser la matière, permettent de réduire le poids du navire, gage de performance et d’économie. Kairos36 possède une structure en contreplaqué découpé par fraise numérique, un procédé qui allie vitesse d’exécution et précision. Le kit ainsi fourni permet un montage aisé même pour des non-initiés avec une réduction des délais de fabrication sur chantier. Par ce mode constructif, le bateau est très léger, facile à construire puisque chaque coque a été montée et assemblée en seulement une semaine. Les aménagements sont en grande partie intégrés dans la structure, il n’y a donc pas de gaspillage de matière. L’assemblage a été réalisé avec des colles époxy bénéficiant d’un fort pouvoir d’adhérence et d’imperméabilité. La coque a ensuite été imprégnée d’une couche de résine époxy puis d’une peinture polyuréthane bi-composant pour assurer une parfaite imperméabilité. Pour la réalisation des ponts qui exigent plus de rigidité et d’isolation thermique, le choix s’est porté sur un sandwich (contreplaqué, âme en balsa, contreplaqué). Notons également que ce matériau offre des facilités de réparation à la portée de tous, avec du contreplaqué (ou a défaut du bois) et un kit de résine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Kairos36, un magnifique catamaran réalisé avec le contreplaqué.

 

Quel type de contreplaqué a été utilisé pour la construction du Kairos 36 ?

Il s’agit de contreplaqué okoumé avec des épaisseurs s’échelonnant entre 10 et 12 mm. Dans la construction navale, il est important d’utiliser des contreplaqués qui possèdent de bonnes performances mécaniques. Le matériau doit posséder de bons collages et des plis réguliers avec très peu de défauts. L’okoumé allie à la fois légèreté, propriétés mécaniques et qualité de collage. Il possède un bon rapport résistance/poids.

Qu’apporte la certification NF Contreplaqué Extérieur CTB-X pour ce type d’ouvrages ?

Cette certification s’applique aux panneaux de contreplaqué destinés à un usage en extérieur. Elle garantit la conformité du collage et des caractéristiques mécaniques aux exigences d’un usage extérieur. De fait, avec une meilleure résistance à l’humidité et à la reprise d’eau, les contreplaqués CTB-x sont plus résistants et plus fiables que des contreplaqués classiques.


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE SEPTEMBRE

Lire l’article « Agencement »

Lire l’argument du mois

LA LETTRE DU CONTREPLAQUÉ DE SEPTEMBRE

AGENCEMENT/ esthétique et modulaire

MODULABLES/ ÉVOLUTIFS/ ESTHÉTIQUES : LOGEMENTS SOCIAUX, AVEC LE CONTREPLAQUÉ

Ambitions et solution contreplaqué

Niché dans le 14e arrondissement de Paris, cet ancien immeuble de rapport découpé en petits studios a été surélevé et entièrement restructuré pour réaliser 8 logements sociaux modulables. Une première en France qui vise à répondre aux nouveaux enjeux sociétaux et à la diversification des structures familiales. Le contreplaqué occupe ici une place importante dans l’agencement intérieur grâce à la création de cloisons amovibles permettant à l’occupant de modifier son logement au gré de ses envies et de ses besoins.

Multiplier les possibilités d’aménagement

Les cabinets d’architectes Vazistas et Fay ont retravaillé la partition des niveaux afin de proposer des appartements familiaux plus grands, qui s’adaptent et multiplient les possibilités d’aménagement (naissance, télétravail, famille recomposée, hébergement temporaire). « L’enjeu de ce projet a été, à partir d’une configuration simple, de pouvoir transformer le logement facilement, explique Jean-Nicolas Fay, l’un des architectes en charge du projet. Notre idée a été de proposer des logements modulables avec un système à la fois simple et robuste. Dans ces logements, l’occupant est acteur de son espace et il peut le modifier en fonction des besoins : cuisine ouverte ou fermée par exemple ».

Cloisonner, décloisonner

Ce sont des panneaux en contreplaqué mobiles qui incarnent ce potentiel. Il s’agit de cloisons séparatives composées de panneaux modulables, coulissants ou battants, qui permettent de fermer et de couper une pièce en deux. Au dernier étage, les volets intérieurs sont également en contreplaqué. « Notre choix s’est porté sur du contreplaqué de pin maritime d’environ 30 mm d’épaisseur, poursuit-il. C’est un matériau qui apporte une touche chaleureuse, une texture très présente dans les intérieurs et qui se marie parfaitement avec le plancher en bois. Il se travaille facilement et est économique. Contrairement au médium, qui est très lourd, ou à l’aggloméré, qui comporte beaucoup plus de colle, le contreplaqué se présentait comme la meilleure solution en termes de qualité et de prix, le bois massif abouté étant plus cher ». Environ 50m2 de contreplaqué ont été nécessaires à la réalisation de ces cloisons amovibles.

ELOGIE_11_04Photo : Agnès Clotis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un appartement capable de s’adapter aux évolutions des besoins de ses occupants grâce à un principe de panneaux de contreplaqué proposant cloisonnement et décloisonnement.  (photos Agnès Clotis)

FICHE PROJET

Réalisation : restructuration d’un immeuble pour la création de logements sociaux modulables I Localisation : Paris (75014) I Livraison : août 2016 I Surface SHON: 830 m² I Maîtrise d’ouvrage :  ÉLOGIE  I  Architectes : VAZISTAS (HELLHAKE + GRAVES ARCHITECTES), FAY ARCHITECTE I BET Structure :  METZ INGENIERIE I BET Energie Environnement : TRIBU ENERGIE I BET Fluides : PHUNG CONSULTING I Budget :  1 385 000 € HT

 


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE SEPTEMBRE

Lire l’argument du mois

Lire l’interview « Construction nautique »

LA LETTRE DU CONTREPLAQUÉ DE SEPTEMBRE

PORTFOLIO/ Acoustique + beau

VISITE GUIDÉE AVEC QUELQUES RÉALISATIONS QUI CUMULENT QUALITÉS ACOUSTIQUES ET ESTHÉTIQUES : DEUX PILIERS ESSENTIELS AU CONFORT INTÉRIEUR.

LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE JUIN

AGENCEMENT – Visite guidée

nl-visiteguideeDÉMONSTRATION PAR L’EXEMPLE DES MULTIPLES USAGES DU PANNEAU CONTREPLAQUÉ EN INTÉRIEUR : VISITE D’UNE SALLE DE RÉUNION OÙ LE CONTREPLAQUÉ A PERMIS DE RÉPONDRE AUX EXIGENCES ESTHÉTIQUES, PRATIQUES ET ACOUSTIQUES IMPOSÉES.

En 2008, les bâtiments de cet industriel, composés d’ateliers de fabrication et de bureaux, ont fait l’objet d’une restructuration en vue d’agrandir la surface dédiée aux bureaux. Un hangar a ainsi été entièrement réhabilité et transformé en immeuble de bureau, comprenant une salle de réunion. En toute logique, la salle se devait d’être agréable (esthétiquement et acoustiquement), lumineuse, facile à vivre… le contreplaqué a apporté de nombreuses réponses :

  • Plancher : un panneau contreplaqué acoustique (panneau en contreplaqué okoumé avec âme en caoutchouc) a été utilisé pour réaliser l’estrade qui reçoit la vaste de table de réunion ; il absorbe ainsi les bruits d’impacts et assure un réel confort de marche ; ce type de panneau est également utilisé pour réaliser des scènes de spectacle ou encore des caissons à vocation d’affaiblissement acoustique (ex. moteurs de bus) – Ici, l’estrade en contreplaqué a permis de surélever l’espace de réunion et de ménager un vide technique, équivalent à un vide sanitaire (puisque cette partie du bâtiment est en rez-de-jardin), qui permet le passage de l’ensemble des réseaux tout en améliorant le confort.
  • Plafond : un contreplaqué okoumé pré-peint a été posé sur liteaux ; la légèreté du panneau permettait de ne pas peser sur l’ancienne charpente métallique existante ; pré-peint, il présentait aussi une réelle homogénéité d’aspect et un vrai gain esthétique.
  • Mobilier : des panneaux de contreplaqué peuplier pré-peints de 22 mm d’épaisseur ont été utilisés pour réaliser différents types de meubles ; la tranche du panneau est bien entendu laissée apparente et contribue à une esthétique très actuelle. Ces panneaux, pré-peints, ont permis une finition rapide et impeccable.
  • Portes ou cloisons mobiles ? Le contreplaqué okoumé (panneau de 15 mm : 2 panneaux collés de part et d’autre d’une structure en contreplaqué) a également été utilisé pour réaliser des portes de taille hors normes (310 x 183 cm) qui se présentent comme des cloisons mobiles épurées et totalement dépourvues de bâti ; les grandes dimensions permises et surtout la stabilité propre au contreplaqué ont rendu cet usage peu conventionnel possible.
  • Placard : ici, même les portes des éléments de rangement sont en contreplaqué : un panneau contreplaqué okoumé stratifié ; le must du stratifié sur un support durable, stable et présentant un excellent comportement face aux variations du taux d’humidité… une vraie solution pérenne pour les pièces humides.

INTERVIEW- Pierre Gourvennec et Léopold Mazoyer

PIERRE GOURVENNEC et LÉOPOLD MAZOYER, ONT LIVRÉ UN STUDIO PARISIEN ENTIÈREMENT REPENSÉ AVEC LE CONTREPLAQUÉ CTB-X.

Le studio, situé dans le 20° arrondissement de Paris, était vieillissant, pâtissait de problèmes d’humidité et, en rez-de-chaussée, souffrait d’un manque de lumière. Les deux jeunes architectes sont sollicités pour résoudre l’ensemble de ces problèmes et redonner à l’espace une certaine superbe en le transformant en un « meublé moderne », laissant une place à l’appropriation par l’occupant. Contrainte : une enveloppe budgétaire de 25 000 euros tout compris. C’est peu, mais en contrepartie, le propriétaire leur laisse quasiment carte blanche. Les architectes (réunis au sein de l’entreprise Égoïne), soucieux de maîtriser leur travail de conception jusqu’à sa réalisation, ont  non seulement conçu et dessiné mais aussi fabriqué les éléments d’agencement. Un agencement qui (ils nous l’expliquent dans l’interview qui suit) repose entièrement sur du contreplaqué de pin maritime CTB-X.

Pourquoi avoir tenu à suivre et réaliser ce chantier de la conception à la réalisation ?

Il s’agit pour nous de maîtriser notre dessin jusqu’au bout… Nous voulions profiter de ce projet pour apprendre les techniques et se confronter à la construction, ses contraintes, son vocabulaire : c’est en faisant que l’on comprend. Notre démarche est aussi de faire moins de projets, mais de les suivre tout du long : c’est un rêve d’architecte… Quant à savoir s’il est réalisable à long terme, l’avenir nous le dira.

Dans cette réalisation, le bois est apparent partout… Pourquoi ce choix du bois ?

Il y a une première raison symbolique : le bois est un « matériau premier », qui nous rappelle l’enfance, la simplicité, un matériau que l’on peut « bricoler » et que l’on travaille facilement. De manière plus pragmatique, il suffit de pas grand chose pour travailler le bois car c’est un matériau sec et l’outillage est potentiellement simple. C’est enfin une matière vivante, qui offre des surprises (les motifs du bois varient, ils ne se reproduisent pas de manière standard). Bref, c’est un matériau riche. C’est aussi un matériau qui donne le goût de la structure, l’envie de comprendre le fonctionnement.

Comment le contreplaqué s’est-il imposé sur ce projet ?

Le contreplaqué est un matériau très intéressant. La grande stabilité dimensionnelle qui le caractérise facilite grandement la tâche sur ce type de projets, notamment par rapport à du bois massif. Par ailleurs, dans tout le panel des panneaux disponible, le contreplaqué présente un véritable intérêt esthétique, notamment grâce au dessin de ses chants. Nous avons d’ailleurs pris le parti de montrer ces chants (nous avons par exemple réalisé des portes rentrantes afin de laisser le cadre apparent).

Pierre GOURVENNEC et Léopold MAZOYER, deux architectes amoureux de la matière qui se sont essayés avec brio à un agencement entièrement pensé avec le contreplaqué CTB-X. Ils viennent de fonder « Égoïne ».

 

Quel était l’intérêt du pin maritime dans ce contexte ?

Deux raisons majeures : c’était un choix guidé par un intérêt économique mais aussi par une vraie valeur esthétique : le contreplaqué de pin présente en effet des dessins de veinage très contrastés et un coloris très clair qui convenait au projet où il convenait d’apporter de la lumière, avec des murs blancs.

Qu’est-ce que le contreplaqué apporte à ce projet ?

Il est plus facile à travailler que l’OSB, sa finition est plus agréable, plus esthétique et son aspect est très intéressant. Il y a également la question des assemblages, car nous tenons à tout réaliser nous-mêmes, soit avec des tourillons, soit par rainures et languettes. Ce travail est résolument plus facile avec du contreplaqué.

Qu’est-ce qui a guidé le choix de panneaux CTB-X ?

Cet appartement, en rez-de-chaussée, donne sur une cour. En même temps que l’agencement de l’appartement, nous devions également refaire le cabanon extérieur. Hors nous tenions à une certaine cohérence entre les deux (notamment du fait que le cabanon est visible depuis le studio). Et pour ce chantier extérieur, nous devions utiliser du panneau CTB-X. Nous avons donc choisi ce même matériau. Ce qui tombait bien puisque le CTB-X était un choix bien adapté pour ce studio qui avait précédemment souffert de problèmes d’humidité. Nous devions également aménager la cuisine et la salle de bain et le CTB-X s’imposait de lui-même dans ces zones humides. Enfin il faut avouer que ce n’était pas très cher, et que cela correspondait au budget dont nous disposions.

 

Lire l’argument du mois

Visiter le site d’Egoïne

ARCHITECTURE – La Maison de l’Energie Solaire

La Maison de l’Énergie Solaire de Toul

Ce bâtiment, entièrement réalisé en bois, repose sur une structure composée de caissons constitués de panneaux de contreplaqué de peuplier.

SYMBOLE

Ce projet prend corps en Lorraine, au beau milieu de l’un des plus grands champs photovoltaïques d’Europe, à Toul-Rosières. Alain Cartignies, confronté à la nécessité de concevoir un bâtiment d’accueil et d’information sur les énergies solaires, envisage d’emblée un bâtiment-symbole. Observant ce contexte peu commun (le champs photovoltaïque), l’architecte le perçoit soudain comme un océan, reflétant les rayons du soleil. L’idée nait : le bâtiment sera tel un soleil couchant sur cet océan technologique. Dès lors, la forme géodésique de l’ouvrage s’impose. Reste à savoir comment le réaliser.

STRUCTURE

L’envie de construire bois est présente dès la gestation du projet. Alain Cartignies voulait par ailleurs appliquer une solution innovante et inventive. Pour concrétiser la forme de la géode de 18 mètres de diamètre, le principe de caissons préfabriqués s’impose. Concrètement, ces caissons sont en contreplaqué de peuplier, de 25 mm d’épaisseur. La structure repose sur 24 sections verticales (en référence à la course solaire). Toutefois, l’inertie variable de cette structure a une conséquence évidente : il n’y a pas deux caissons identiques sur une même section. Les découpes sur machine à commandes numériques apportent la précision nécessaire à ce travail d’orfèvre. Les caissons sont assemblés, sur site, par clouage après remplissage avec un isolant et pose d’un joint d’étanchéité entre chaque élément. La structure, autostable, est indépendante du noyau béton. Les caissons, recouverts côté extérieur par un revêtement en acier Corten, sont laissés apparents côté intérieur. Tous les aménagements ont par ailleurs été réalisés avec ce même panneau de contreplaqué dans un souci de cohérence esthétique.

AVANTAGES

Pourquoi le contreplaqué s’est imposé sur cette réalisation ?

  • il va de pair avec une solution structurelle innovante
  • il permet de répondre à l’exigence de circuits courts
  • il présente les caractéristiques et performances nécessaires pour un usage en structure…
  • il offre de beaux atouts esthétiques : le contreplaqué a été laissé apparent à l’intérieur
  • il répond aux exigences ERP et en premier lieu apporte les garanties nécessaire à la sécurité feu

LES ACTEURS DU PROJET

MAÎTRE D’OUVRAGE : EDF Énergies Nouvelles France
ARCHITECTE : Agence Cartignies-Canonica
BET : Anglade structure Bois et OTE ingénierie
BE Thermique : OTE ingénierie
BE environnement : Otelio
STRUCTURE, CHARPENTE, BARDAGE : Charpente Cénomane
MENUISERIE : ELM Interactive
ÉBÉNISTERIE : Friedel

TÉLÉCHARGER LA PRÉSENTATION d’Alain Cartignies / Matinée du Contreplaqué
EN SAVOIR PLUS: rendez-vous sur le site du Prix National de la Construction Bois

Architecture – Le BAM System

BAM System

Le nouveau concept modulaire qui allie numérique et contreplaqué pour réaliser des bâtiments responsables, passifs et durables… faciles à construire.

SIMPLICITÉ

BAM System, comme Bâtiment Autonome Modulaire, est une solution alternative de construction imaginée par l’architecte Laurent Piron (agence Biotopes Architecture & Design). Son idée de départ ? Un concept reposant sur l’assemblage simplifié de modules produits en grande série. Jusqu’ici rien que de très normal. A ceci près que l’objectif est de proposer des habitations (maisons individuelles, logements collectifs ou encore surélévations) de hautes qualités, environnementale et thermique… avec une simplicité telle que le jeu d’assemblage peut être réalisé par un néophyte.

MODULARITÉ

Qu’est-ce que ces modules ont de si révolutionnaire ? Ils sont en contreplaqué. Découpés à l’aide de machines de haute précision (machines à commandes numériques), les panneaux de 18 mm d’épaisseur sont assemblés comme un jeu de Légo géant afin de former des caissons de taille standard (60 cm x 60 cm, avec des longueurs allant de 120 à 240 cm). Remplis d’isolant (soit 40 cm de fibre textile recyclée), ces caissons présentent une excellente résistance thermique en même temps que de très bonnes caractéristiques mécaniques. Assemblés entre eux, ils deviennent parois horizontales aussi bien que parois verticales qui recevront membrane frein-vapeur côté intérieur et film pare-pluie côté extérieur, avant revêtements.

EFFICACITÉ

Ce concept constructif se distingue grâce à plusieurs atouts :

  • une réelle simplicité d’assemblage permettant l’autoconstruction
  • des parois thermiquement très efficaces
  • une forte industrialisation des panneaux de contreplaqué et de la visserie, qui aboutit à des coûts très raisonnables
  • les modules, particulièrement légers, n’altèrent pas les sols, sont faciles à transporter et facilitent les projets de surélévation

Où découvrir le BAM System ?

Le Pavillon de l’Arsenal a exposé un prototype du BAM System durant les D’Days. Forte de son succès, l’exposition est prolongée jusqu’en septembre 2015.

Pavillon de l’Arsenal – 21 Boulevard Morland, 75004 Paris – M° Sully-Morlan.

En savoir plus : rendez-vous sur le site du BAM System

 

Lire l’interview de Laurent Piron sur le BAM System

Lire l’argument du mois

 

 

Architecte : Laurent PIRON, Biotopes architectures & Design

Photos : Marion Lefevbre

Architecte : Laurent PIRON, Biotopes architectures & Design

Photos : Marion Lefevbre

Architecte : Laurent PIRON, Biotopes architectures & Design

Architecte : Laurent PIRON, Biotopes architectures & Design
Découpe numérique des panneaux : de Trevillers – Photos : Marion Lefevbre
Web : www.bam-system.com

 

Nautisme

Le contreplaqué est le matériau de l’industrie nautique. La preuve par l’exemple avec ce voilier, en panneaux de contreplaqué « marine ».
Atlantic Cruiser, architecte : Marc Lombard Yacht Design Group