LECONTREPLAQUÉ.COM

All posts in Technique

ARGUMENT/ Cintrabilité

CONTREPLAQUÉ : SUIVRE ET CRÉER LA COURBE


Contreplaqué cintré – Photo : Rougier

Le contreplaqué est un panneau à base de bois bien connu pour ses performances en rigidité… mais sa structure feuilletée lui confère également une réelle souplesse.

Fort de cette caractéristique, il s’adaptera parfaitement à un support légèrement courbe et conservera sa stabilité moyennant un système de fixation (clouage, vissage) plus serré.

Afin de répondre à des besoins de courbes plus accentuées (murs arrondis, mobilier etc…) les fabricants ont mis au point des contreplaqués spéciaux dits « cintrables ».

 

 

Ces contreplaqués cintrables sont composés de 3 ou 5 plis croisés. Ils se distinguent par

  • un pli intérieur particulièrement mince,
  • des plis extérieurs particulièrement épais.

La minceur du pli central produit un effet de charnière, qui permet le cintrage du panneau.

Les rayons de courbure varient en fonction de l’épaisseur du panneau et peuvent être inférieurs à 10 cm (12 cm pour les panneaux ignifugés ). Plusieurs panneaux minces contrecollés sur un gabarit permettent d’obtenir des formes épaisses.

Figure 2 - Cintrage "fil travers"

Figure 2 – Cintrage « fil travers »

Figure 1 - Cintrage "fil long"

Figure 1 – Cintrage « fil long »

En fonction de la forme finale à réaliser, deux typologies de panneau sont disponibles : «fil long» (figure 1) et «fil travers» (figure 2).

Issus d’une technologie différente, il existe également des « contreplaqués moulés ». Ils sont constitués de plis croisés qui sont collés dans une presse comprenant un moule et un contre-moule correspondant à la forme recherchée :

  • en deux dimensions (2D) : demi-lune, profil en U ou L, joue d’œil de bœuf,
  • en trois dimensions (3D) : forme bombée, coque de sièges, formes spéciales.

Chaque forme particulière exige la fabrication d’un moule et d’un contre-moule spécifique ; c’est pourquoi des séries de fabrication moyennes s’imposent pour amortir les frais d’exécution des moules.

Cette technique de moulage présente des limites qui sont propres à la mise en forme des feuilles de placage sans cassure au pressage. Le rayon minimal de cintrage de plis de 1 mm d’épaisseur est d’environ 3 cm.
Les contreplaqués moulés sont souvent replaqués d’une essence d’ébénisterie.

 


A CONSULTER/ LES ARTICLE DE MARS

ARGUMENT – Ressource disponible et pérenne

CONTREPLAQUÉ ET RESSOURCE
Focus 1 – Le contreplaqué Okoumé

 


CONTREPLAQUÉ OKOUMÉ : UNE RESSOURCE RENOUVELABLE, DISPONIBLE ET ABONDANTE

Au niveau mondial, l’aire de répartition de l’Okoumé est essentiellement concentrée sur le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Sud-Ouest de la République du Congo. Avec plus de 13 millions d’hectares de surface productive, le Gabon est le pays qui concentre la grande majorité de la production d’Okoumé en Afrique. Le potentiel forestier gabonais annuel est de 1,5 millions de m3 et peut être porté d’ici à 20 ans à 2 millions de m3 en tenant compte d’un accroissement supérieur au prélèvement effectué (source « ETUDE DIAGNOSTIC ET PROSPECTIVE DU SECTEUR FORET-BOIS DU GABON », FRM, février 2014).

La politique de gestion durable des ressources forestières menée par le Gabon couplée avec un engagement fort des principaux acteurs forestiers de la filière bois gabonaise permettent de garantir une pérennité de la ressource bois Okoumé dans le temps.

Cette gestion durable est notamment rendue possible par une connaissance fine de la ressource forestière permettant une planification des prélèvements à effectuer en forêt afin d’assurer une bonne reconstitution de la forêt et créer des conditions favorables à sa régénération. Dans les faits, chaque concession forestière est aménagée, c’est-à-dire découpée en zones annuelles de coupe dont le calendrier d’exploitation est déterminé de façon à maintenir une production annuelle en quantité et par essence constante. Depuis 10 ans, une part sensible des bois d’Okoumé du Gabon a d’ailleurs obtenu une écocertification forestière.

Les producteurs français de contreplaqué ont par ailleurs développé depuis plus de 30 ans des partenariats industriels stratégiques au Gabon pour assurer leur approvisionnement en Okoumé. Conscients des enjeux liés à la pérennité des écosystèmes forestiers forêts et tout particulièrement d’une essence comme l’Okoumé, les producteurs français de contreplaqué privilégient cette collaboration avec les acteurs forestiers de la filière bois gabonaise et veillent particulièrement à la régénération des forêts.

Ce fort engagement de tous les acteurs de la filière bois franco-gabonaise permet aujourd’hui la conformité de l’ensemble des contreplaqués Tout Okoumé aux exigences du Règlement Bois de l’Union Européenne (cf Lecontreplaque.com/règlementation), rempart européen contre l’exploitation illégale des forêts et clé de voute d’une gestion responsable et durable des approvisionnements en bois.

 


A CONSULTER/ À TÉLÉCHARGER

POUR EN SAVOIR PLUS : RENDEZ-VOUS SUR LE SITE

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE : « CONTREPLAQUÉ TOUT OKOUMÉ »


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE SEPTEMBRE

ARGUMENT – Qualité acoustique

CONFORT INTÉRIEUR ET QUALITÉ ACOUSTIQUE
Fonds de ressources

 


Une solution acoustique avec le contreplaqué qui répond aux contraintes incendies des ERP / AB Pano

MATINÉE DU CONTREPLAQUÉ – ÉDITION 2017
THÉMATIQUE : ACOUSTIQUE

La seconde édition de la Matinée du Contreplaqué a été l’occasion d’une riche réflexion sur l’intérêt du contreplaqué au regard de la question  du confort intérieur.

« Comment le contreplaqué se prête-t-il aux exigences du Confort Intérieur ?», tel a été le débat initié lors de la seconde édition de la Matinée du Contreplaqué.

Cette Session 2017 s’est concentrée sur le confort acoustique, et sur la double exigence « confort acoustique & sécurité au feu », dilemme technique souvent difficile à résoudre mais sur lequel Architectes, Experts et Industriels ont accepté de se pencher !

Cette session a également permis de reposer les bases de la complexe notion de « confort », ouvrant des perspectives sur la délicate notion du Confort Hygrothermique (Publication du Cahier 106/Focus sur les performances hygrothermiques du contreplaqué) et sur la nécessité de la prise en compte de la dimension visuelle, facteur souvent critique d’une réflexion « Confort Intérieur » aboutie.

Retrouver l’ensemble des présentations ci-dessous.


 

MATINÉE 2017Synthèse

 

CONTEXTE : analyse sociologique et cadre réglementaire
Intervention de Philippe Strauss, expert au Centre d’Information et de Document sur le Bruit (CIDB)

SOLUTION ARCHITECTURALE : retour d’expérience sur le siège de Surfrider Foundation et sa vague acoustique
Intervention de l’architecte du projet, Patrice Gardera, agence Gardera-D / Architecture t Design

EXPERTISE : Principes de l’acoustique et caractérisation des performances du contreplaqué
Intervention de Madeleine Villennave, expert en acoustique (ex-FCBA)

SOLUTION INDUSTRIELLE : Qualité acoustique et sécurité au feu
Intervention des industriels Benoît Reitz (Avec le Bois ) et Jean-Baptiste Aurel (Woodenha)

CONCLUSION : Confort intérieur et réponses du contreplaqué
Intervention de Sabine BOURY, Déléguée Générale de l’Union des Industries du Panneau Contreplaqué (UIPC)

 

LES AUTRES SUJETS DU MOIS

 

ARGUMENT – Confort

Porte de placard – Réalisation Pierre Gourvennec et Léopold Mazoyer – EGOINE

CONTREPLAQUÉ ET CONFORT INTÉRIEUR

 


ACOUSTIQUE + THERMIQUE + OLFACTIF + VISUEL + TOUCHER = SOLUTION CONTREPLAQUÉ

Selon le Robert, le « confort » est Ce qui contribue au bien-être et à la qualité de la vie matérielle.

Partant de cette base, le confort découle d’un équilibre délicat de réponses aux exigences des 5 sens.

  • L’ouïe (mais aussi la perception du bruit) est bien entendu liée à la notion de confort acoustique
  • L’odorat, la respiration, de même que le toucher (avec la perception par le corps de l’ambiance intérieure), sont liés à la fois au confort olfactif, mais également au confort thermique et enfin au confort hygro-thermique et à la qualité de l’air
  • La vue enfin est liée à une dimension de confort visuel, touchant à la fois à un certain sens de l’esthétique mais aussi à une dimension psycho-sensorielle

Sur tous ces points, le contreplaqué apporte des réponses pertinentes pour offrir une solution globale au confort intérieur. Qualité de l’air intérieur, qualité thermique, solution acoustique, confort hygro-thermique et dimension esthétique cohabitent activement avec le contreplaqué.


Cahier 106 - Module complémentaire 2017A TÉLÉCHARGER

Le module complémentaire au Cahier 106 (Janvier 2017) présente un ensemble d’informations sur le point du confort Hygro-Thermique. Il est disponible au téléchargement (voir ci-dessous).

TÉLÉCHARGER LE MODULE : « CONTREPLAQUÉ ET CONFORT HYGRO-THERMIQUE »

TÉLÉCHARGER LA DERNIÈRE VERSION DU CAHIER 106

 

 


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE JUIN

ARGUMENT – Polyvalence + confort

POLYVALENCE + CONFORT INTÉRIEUR


Léger, esthétique, stable, durable… le panneau contreplaqué présente tant d’atouts qu’il peut se déployer dans d’innombrables applications. Structure, usages industriels, nautisme, revêtement intérieur ou extérieur, mais aussi agencement et aménagement : à chaque usage, des caractéristiques spécifiques s’imposent… et trouvent une réponse pertinente avec le panneau contreplaqué. Dans le domaine de l’agencement intérieur, le panneau contreplaqué se retrouve en mobilier, cloison, portes de grandes dimensions, plafond ou plancher.

En la matière, de nombreux atouts contribuent à une haute qualité de confort intérieur :

  • Qualités esthétiques : aspect bois, esthétique graphique des tranches particulièrement recherchée (voire même largement imitée) pour le mobilier et l’agencement
  • Qualités sanitaires : faible émissivité en matière de COV (classe A+)
  • Qualités hygro-thermiques : ouverture à la diffusion de vapeur + étanchéité à l’air exceptionnelle
  • Qualités acoustiques : affaiblissement, correction acoustique et traitement des bruits d’impact avec des panneaux spéciaux (esthétiques ou purement techniques)
  • Qualités sensitives : confort de marche (en cas de sols), confort d’ambiance (relatif aux qualité hygro-thermiques), et plaisir de la vue et du toucher

La question acoustique dans le cadre de la qualité intérieure est la thématique de la prochaine Matinée du Contreplaqué, qui aura lieu le 19 janvier à Paris

La Vague acoustique Surfrider Foundation - GARDERA-D : architecture et design
 / Photo : Mathieu CHOISELAT

La Vague acoustique Surfrider Foundation – GARDERA-D : architecture et design
 / Photo : Mathieu CHOISELAT

Solution acoustique en ERP - Réalisation Avec Le Bois

Solution acoustique en ERP – Réalisation Avec Le Bois

Visite guidée d’une réalisation exemplaire en matière de confort intérieur

ARGUMENT – Perméabilité à l’air

LA PERMÉABILITÉ À L’AIR

Une étude réalisée en 2015 sur des panneaux de contreplaqué NF CTB-X en pin, okoumé et peuplier, présentant une épaisseur supérieure ou égale à 10 mm, a démontré une étanchéité à l’air complète de ces panneaux, soit 0 vol/h sous une pression de 50 Pascals. Les résultats de cette étude seront publiés sous peu et seront intégrés dans une prochaine mise à jour du Cahier 106.

* Étude financée par le CODIFAB et réalisée par l’Institut Technologique FCBA

 

Tous les détails, dans le supplément 2017 au Cahier 106 (voir Téléchargements)

 

Participer à la prochaine Matinée du ContreplaquéLire l’interview de Jean-Marie Gaillard sur le nouveau Cahier 106

TECHNIQUE – Confort intérieur et acoustique

Chaier 106 - 2015Le Cahier 106 aborde la question acoustique et les réponses apportées par le contreplaqué (Page 27 de l’édition 2016, en téléchargement ci-après). Nous vous restituons ici les deux sujets relatifs à cette question et vous invitons à participer à la Matinée du Contreplaqué du 19 janvier 2017, qui viendra apporter de précieux éclairages sur cette question.

 

 

 

Correction acoustique

La correction acoustique est exprimée à travers le coefficient d’absorption acoustique « alpha Sabine » qui traduit la faculté qu’ont certains matériaux d’absorber une partie de l’énergie acoustique. Cet indicateur, noté αs, est compris entre 0 et 1. La nouvelle réglementation acoustique utilise le coefficient αw (indice d’absorption acoustique pondéré). Les panneaux de contreplaqué sont très fréquemment utilisés pour corriger ou améliorer le confort acoustique d’auditoriums ou de salles de concert. Les fabricants sont capables de produire des panneaux présentant de très bonnes performances, tant acoustiques que décoratives.

 

Isolation aux bruits aériens

Certains usages des panneaux contreplaqués se différencient par leurs exigences en termes d’acoustique. Si besoin, l’isolation aux bruits aériens peut être déterminée. Le coefficient d’affaiblissement du son, « R » (dB) dépend de la masse surfacique du panneau, mA (kg/m2), et se calcule selon l’équation suivante :

R = 13 x log (mA) + 14

Cette équation n’est valable que pour une plage de fréquences comprise entre 1 à 3 kHz et pour une masse surfacique > 5 kg/m2.

 

Types de panneaux  utilisés pour la correction acoustique :

  • Les panneaux réfléchissants ou à membrane qui absorbent plus particulièrement les fréquences graves et ceci d’autant plus que la masse surfacique du panneau est importante ;
  • Les panneaux perforés ou rainurés qui fonctionnent comme des « résonateurs » de Helmoltz. Ils absorbent les fréquences de manière sélective selon la forme et la densité des perforations.

Ces panneaux peuvent être cintrés à froid sur chantier dans les limites admissibles de courbure.
De telles parois doivent être conçues par des acousti- ciens qui définiront le cahier des charges (matériaux, nombre et type de perforations, règles de mise en œuvre, etc.).

Télécharger le Cahier 106 (version 2016 mise à jour)Participer à la prochaine Matinée du Contreplaqué

Enregistrer

ARGUMENT – Contreplaqué et humidité

COMPORTEMENT À L’HUMIDITÉ

Le contreplaqué CTB-X présente un comportement exceptionnel lorsqu’il s’agit d’humidité ou même d’eau. La qualité des collages, largement éprouvée par des tests particulièrement exigeants (72 heures dans l’eau bouillante…), permet au panneau CTB-X de répondre à des usages dits « ultimes ». De même, sa résistance à l’humidité et la très faible variation dimensionnelle constatée (2 fois inférieure à la variation dimensionnelle constatée pour les autres panneaux à base de bois) permettent au CTB-X de se targuer d’être le panneau le plus stable.

 

Retour sur La matinée du contreplaqué Téléchargez le nouveau Cahier 106

TECHNIQUE – Edition 2016
du Cahier 106

ARGUMENT – Éco-responsabilité

DURABLEMENT RESPONSABLE

Ce n’est pas un hasard si, pour la réalisation des bâtiments qui ont accueilli les négociations de la COP21 au Bourget, plus de 5 000 m² de contreplaqué en Pin maritime, tout droit issus de sites de production français ont été mis en œuvre pour réaliser planchers et cloisonnements de ce gigantesque site de 80 000 m².

Campagne COP21

Le contreplaqué répondait en tous points au rigoureux cahier des charges environnemental imposé par l’équipe interministérielle, représentant la maîtrise d’ouvrage sur ce projet d’ampleur. Un responsabilité environnementale qui se devait d’être au rendez-vous dans ce lieu emblématique où les 2 000 représentants des 196 parties de la conférence ont trouvé, le 12 décembre dernier, un accord sans précédent. Le contreplaqué, matériau éco-responsable et parfaitement cohérent dans ce contexte, a su apporter les garanties exigées, détaillées ci-après.

Atouts environnementaux et sociétaux du contreplaqué

  • Circuits courts : bois local, fabrication locale, utilisation locale !
    Le Pin maritime et le Peuplier, essences locales, sont transformées dans des usines situées au plus près des basins de ressources : c’est le point de départ de la logique de circuit court.
  • Préservation de la ressource
    Soucieux de la préservation de la ressource, en quantité comme en qualité, les fabricants de contreplaqué français s’appuient sur l’éco-certification des bassins forestiers (marquage PEFC ou FSC) et s’inscrivent ainsi dans une démarche durable avec une fabrication faisant appel à des bois issus de forêts gérées durablement.
  • Réversibilité
    Une des exigences de la maîtrise d’ouvrage reposait sur la démontabilité de cet ouvrage afin de garantir un « recyclage » des bâtiments sur d’autres sites. Le contreplaqué permet cette logique d’économie circulaire.
  • Audits indépendants et réglementation européenne
    Les fabricants sont régulièrement audités pour vérifier qu’ils répondent positivement au lourd cahier des charges du Règlement Bois de l’Union Européenne (RBUE ou EUTR), s’appliquant à tous les opérateurs et vérifiant la légalité de l’exploitation des bois utilisés.
  • Impact environnemental et économique
    Des investissements permanents permettent de diminuer l’impact environnemental de la production et de maintenir sur les territoires des emplois pérennes et une activité économique nécessaire. Les connexes de fabrication sont valorisés sous forme de combustible (chaudières bois) qui fournissent l’énergie nécessaire au process de fabrication. C’est la logique « zéro déchet non valorisé ».

Charte « Merci le Peuplier »

L’ensemble des parties prenantes de la filière populicole (et donc les industriels fabricants de contreplaqué de peuplier) soutient financièrement le popiculteur dans la logique durable « un arbre coupé, un arbre replanté, un territoire et une activité préservés. »

Contreplaqué en France : 3 essences

En France, le contreplaqué est fabriqué à partir de 3 essences : le pin maritime, le peuplier et l’okoumé. Si les essences locales ont été ici plus largement abordées, l’okoumé apporte lui aussi de nombreuses garanties quant à l’éco-responsabilité. Un prochain article détaillera cette démarche.

Evènement : les matinées du contreplaqué Téléchargez le nouveau Cahier 106