LECONTREPLAQUÉ.COM

Histoire d’une performance

 

Contreplaqué okoumé - Crédit Rougier

Contreplaqué okoumé – Crédit Rougier

 

Photo : Thebault

Photo : Thebault

 

Essor de l’industrie française

Le véritable envol du contreplaqué en France survient durant la première guerre mondiale : le matériau, léger et remarquablement stable, intéresse grandement l’industrie aéronautique pour la construction des avions. Pourquoi ? Parce que le contreplaqué offre d’excellentes performances mécaniques sans alourdir les appareils.

Les industriels, déjà au fait de la technique du déroulage (avec le peuplier) ont fait évoluer l’outil industriel, devenu de plus en plus performant. Parallèlement, la ressource se diversifie avec l’exploitation d’une nouvelle essence, particulièrement légère et résistante, l’okoumé. Un transfert technologique permet d’appliquer la technique du déroulage à cette essence exotique qui permet alors à l’industrie du contreplaqué de s’imposer sur de nouveaux marchés, notamment les usages extérieurs. L’évolution constante des colles, l’innovation en termes de process de fabrication et les améliorations continues de l’outil industriel ouvrent la voie de la diversification, avec une large gamme de panneaux répondant à une multitude d’usages.

Aujourd’hui, le contreplaqué a su s’imposer comme un matériau performant, fiable et polyvalent. On le retrouve aussi bien en structure de bâtiment qu’en aménagement intérieur, en caisserie pour le transport de pièces ou produits industriels qu’en agencement de bateaux. Les applications sont légion.

La fabrication contrôlée et les progrès réalisés par les colles en font un panneau industriel de grande qualité qui se distingue par ses performances et sa grande stabilité dimensionnelle, même en usage extérieur. La marque de qualité NF contreplaqué EXTERIEUR CTB-X (basée sur la norme NF Contreplaqué) atteste, par ailleurs, de ces performances et de la capacité d’un panneau contreplaqué à être utilisé en extérieur.

Aujourd’hui, le contreplaqué a su s’imposer comme un matériau performant, fiable et polyvalent.

Innovation internationale

Le panneau de contreplaqué est aujourd’hui un matériau industriel fabriqué selon un procédé technologique hautement contrôlé. Ses prémices remontent à la plus haute antiquité. On trouve ainsi les premières traces d’utilisation de feuilles de bois minces collées entre elles en Egypte Ancienne : 3000 ans avant notre ère. La Rome Antique a également mis à profit les vertus de l’ancêtre du contreplaqué, que l’on retrouve dans la fabrication des boucliers.

Quelques milliers d’années plus tard, en 1881, Fitzland L. Wilson dépose un brevet aux Etats-Unis pour l’invention d’une nouvelle machine : la dérouleuse était née. Elle allait permettre de rationaliser l’opération de déroulage des grumes et d’intensifier la production de minces feuilles de bois. Mais le véritable tournant intervient quelques années plus tard, en 1884.

Un autre brevet est déposé en Angleterre par Witkowski : le collage des feuilles de bois à plis croisés à l’aide de colle caséine. Cette invention ouvre la voie à la fabrication industrielle de panneaux de grande dimension. De la fin du XIX° siècle au début du XX°, le panneau contreplaqué s’installe en Russie, en Finlande et en Europe centrale. Pourquoi ? Parce que ces pays disposent à profusion de bois facilement déroulable comme l’épicéa ou le bouleau.

En France, l’industrie connaît un premier développement au tout début du XX° siècle, avec le déroulage du peuplier, essentiellement utilisé pour l’emballage. Le véritable essor de l’industrie intervient quelques années plus tard avec l’arrivée d’une autre essence : l’okoumé.

1881 Fitzland L. Wilson dépose un brevet aux Etats-Unis pour l’invention d’une nouvelle machine.

 

 

Photo : Drouin

Photo : Drouin

Photo : Drouin

Photo : Drouin