Présenté dans la cour des Archives Nationales pendant la Paris Design Week, le tabouret géant nommé « I am a stool » est une œuvre monumentale de 5 m de haut réalisée entièrement en contreplaqué.

Maximilien Bourit et Lucas Pesche du collectif Ublik, ont participé à la conception et à la fabrication de cette installation.

Ils nous en expliquent le principe.

Qu’est-ce que le collectif Ublik ?
MB : « Ublik est né d’une volonté commune de créer du mobilier à partir d’outils numériques et le tabouret était notre premier sujet de conception et de fabrication. Nous avons travaillé à l’intégration des contraintes des outils à commande numérique dans notre conception et notre dessin. Ensuite, nous avons mis à profit le changement d’échelle, par l’aller-retour entre des projets à l’échelle de la microarchitecture et l’échelle du mobilier, fabriqués avec les mêmes outils ».
LP : « Le fait de concevoir et fabriquer du mobilier nous a formés à la menuiserie et à l’ébénisterie que l’on ne connaissait pas bien, nous permettant de travailler une approche globale de la conception à la mise en œuvre. ».

Pouvez-vous m’en dire un peu plus sur ‘’I am a stool’’ ?
MB : « Pour la Paris design Week, nous avons proposé cette thématique du changement d’échelle en reprenant un de nos classiques qui est le tabouret GOFR. C’est un Lego de 280 pièces. Nous avons utilisé des plaques de contreplaqué de 2,50 x 1,25 m que l’on a usinées à la fraiseuse numérique. Comme certaines pièces étaient plus grandes que les dimensions du panneau– le pied par exemple, nous les avons usinées en plusieurs parties ».
LP : « Ce qui est intéressant c’est que ce changement d’échelle questionne l’objet. Quand on voit ‘’I am a stool’’ d’en dessous, il est tellement hors d’échelle que l’on s’interroge sur l’assise. Pour nous, c’était un moyen de voir jusqu’où nous pouvions aller avec un même programme pour passer de l’échelle 1 à l’échelle 10 ».

 

Lucas Pesche

Maximilien Bourit

Qu’apportent les outils numériques dans la conception et la fabrication ?
MB/LP : « L’avantage des outils paramétriques est que tout est automatisé, y compris la numérotation des pièces usinées et donc, le plan de montage. Nous nous sommes rapprochés de BAM System qui utilise un procédé breveté de conception et découpe numérique permettant la construction d’ossatures bois en contreplaqué. L’intérêt de ce rapprochement était de mêler une conception paramétrique formelle à une conception technique (BAM system analyse une forme et la rend constructible !) Tout est géré par des algorithmes, ce qui permet d’accélérer le processus d’exécution : il ne nous a fallu que 3h de dessin technique pour sortir le fichier d’usinage d’« I am a stool », grandeur monumentale ! »

Pourquoi le contreplaqué ?
MB/LP : « Le travail d’UBLIK s’appuie sur l’automatisation. Nous devons, pour y parvenir, développer nos propres outils et logiciels ; cela implique des matériaux compatibles. Le contreplaqué convient parfaitement et nous permet d’atteindre une qualité de découpe de perfection millimétrique !  Par ailleurs, lorsque l’on conçoit un objet, avec le bois massif il faut tenir compte du sens de la fibre et de l’orientation unidirectionnelle des propriétés mécaniques. Le contreplaqué est multidirectionnel avec ses feuilles croisées dans les deux sens, la résistance sera quasi égale, quel que soit le sens de découpe. C’est le matériau idéal pour l’usinage car il nous autorise une liberté de conception totale, tout en optimisant les pertes ! C’est aussi un matériau qui apporte une esthétique certaine ; Il offre un aspect bois massif sur les faces et des chants très graphiques. Sur le tabouret, nous avons renversé l’utilisation de ce matériau car les chants sont la partie la plus visible. C’est pour nous une manière d’expliquer par l’objet comment le matériau est fait ».

Quel type de contreplaqué avez-vous utilisé pour cette installation ?
LP : « Nous souhaitons privilégier la dimension locale et les circuits les plus courts possibles. Le contreplaqué et le pin maritime viennent des Landes et l’usine de BAM System est dans le sud de la France, cela nous a permis d’optimiser la logistique. C’est aussi une question de poids car c’est un contreplaqué léger, qui nous garantit une installation conforme en termes de résistance tout en ne pesant pas plusieurs tonnes !».
MB : « Nous avons opté pour une épaisseur de 18 mm ainsi que pour des faces présentant un minimum de nœud afin d’obtenir une finition très qualitative ».

Quels sont vos projets futurs ?
MB : « Nous poursuivons le développement de mobilier et travaillons actuellement sur un bureau. Nous aimerions aussi réaliser d’autres installations de ce type, et valoriser nos savoirs-faires et réactivité au profit de l’événementiel. Nous regardons également vers l’aménagement d’espaces sur mesure. Grace aux logiciels paramétriques que nous avons développés, il suffit de  déplacer quelques curseurs et nous pouvons reconditionner et redessiner automatiquement avec de nouvelles dimensions. C’est un outil qui pourrait être très efficace pour les acteurs de l’aménagement intérieur ».

En tant que concepteurs, lorsque l’on dessine une forme et que l’on pense à sa réalisation, il faut prendre en compte le sens de la fibre. Si l’on travaille avec un panneau en chêne par exemple, le sens de la fibre est unidirectionnel ce qui nous impose une certaine forme et une disposition des pièces précise pour avoir quelque chose de solide. Le contreplaqué est multidirectionnel avec ses feuilles croisées dans les deux sens, il n’y a donc pas de résistance dans un sens privilégié, elles sont résistantes quel que soit le sens dans lequel elles sont coupées. C’est le matériau idéal pour l’usinage car il nous autorise toute liberté formelle, le panneau est optimisé en limitant les pertes au minimum.

 


LES AUTRES ARTICLES DU MOIS DE D’OCTOBRE

Laurent Le Magorou – Interview L’argument du mois – Planchers / Toiture + Eurocodes = contreplaqué

GALERIE PHOTOS