CONTREPLAQUÉ EN CONSTRUCTION NAVALE : ÉCONOMIE ET PRÉCISION
INTERVENTION DE ÉRIC JEAN – Architecte naval, agence EJ
MATINÉE DU CONTREPLAQUÉ 2019


Détail de l’aménagement du KAIROS- crédit Eric Jean

 

« Rapidité de construction, facilité d’usinage avec moins d’investissement, possibilité de personnalisation, et surtout, une véritable économie de matière. »

 

Pourquoi utiliser du contreplaqué en construction navale ? « C’était au départ une volonté, motivée par une économie en termes de coûts » C’est ainsi qu’Eric Jean répond à la question qui lui est posée sur les raisons qui l’ont mené à construire le Kairos en contreplaqué «Tout Okoumé».

L’intervention de cet architecte naval vient souligner comment une essence spécifique – en l’occurrence l’okoumé – est choisie en fonction des réponses qu’elle apporte aux contraintes imposées par l’usage. Le nautisme est, de fait, une destination de prédilection du contreplaqué, okoumé, car il apporte les solutions nécessaires en termes de performances mécaniques (rapport légèreté/ rigidité) comme de résistance à l’humidité.

Crédit Eric Jean

Crédit Eric Jean

Au-delà de ces atouts, Eric Jean explique comment la résine a remplacé le contreplaqué au cours des dernières décennies et pourquoi le contreplaqué est en train de revenir : « Rapidité de construction, pas de moules comme pour la résine et donc moins d’investissement, une véritable économie de matière et la possibilité de personnaliser…»

L’homme de l’Art  n’oublie pas cependant de citer ses faiblesses, comme la fragilité des plis de surface, et l’absolue nécessité de protéger les chants. Mais la précision accordée par la découpe numérique et les techniques de collage à la résine époxy -qui garantissent une réelle étanchéité- sont de réels atouts qui font du contreplaqué «Tout Okoumé» une réponse pertinente aux attentes des fabricants et utilisateurs de bateaux.

Et cette intervention d’illustrer parfaitement la recherche d’équilibre entre le choix d’un matériau renouvelable, d’une essences qui n’est pas en circuit court mais qui apporte les solutions attendues par rapport à l’usage, d’une matière durable permettant l’économie de projet.

VOIR la présentation complète

A CONSULTER/ LES ARTICLES D’AVRIL