LECONTREPLAQUÉ.COM

Performances « spécifiques »

 
 
 

Performance mécanique en cas d’humidification

Il est important de préciser qu’en cas d’humidification temporaire d’un panneau en œuvre, alors qu’un autre panneau à base de bois pourrait se « décomposer » , le panneau contreplaqué, lui, ne perdra rien de ses caractéristiques mécaniques, ni pendant l’humidification, ni après retour aux conditions de d’humidité normales.

Performance thermique

Les produits à base de bois ont de bonnes performances d’isolation thermique. La légèreté du contreplaqué lui permet d’afficher des valeurs de conductivité thermique particulièrement favorables. Ainsi pour des masses volumiques variant de 300 à 600 kg/m3 à 12% d’humidité du panneau, la conductivité thermique exprimée en W/(m.°C) varie de 0,11 à 0,15.

Le contreplaqué n’est cependant pas un matériau isolant. Toutefois, sa conductivité thermique – 2 à 3 fois meilleure que celle d’une plaque de plâtre ou 10 à 15 fois meilleure que celle du béton plein – lui permet de participer activement à une amélioration du confort thermique.

Par ailleurs, la capacité thermique des panneaux contreplaqués, quelle que soit l’essence, est de 1600 J/(Kg.K). Cette valeur est définie dans le fascicule 2 des règles Th-U de la RT 2012.

Performance acoustique

Les propriétés acoustiques d’un matériau doivent être analysées sous trois angles :

  • L’isolement au bruit aérien
  • L’isolement au bruit d’impact
  • La correction acoustique

Le panneau de contreplaqué est fréquemment utilisé pour corriger ou améliorer le confort acoustique (salles de concert, auditoriums…).

Si, en version plancher flottant par exemple, il permet d’améliorer l’isolation aux bruits aériens ou aux bruits d’impact, son intérêt majeur réside dans son utilisation pour la correction acoustique :

  • il peut être utilisé comme panneau réfléchissant afin d’absorber préférentiellement les fréquences basses, il s’agit alors de l’effet diaphragme,
  • il peut également être mis à profit pour son « effet résonateur », avec la mise en œuvre de panneaux perforés.

Soulignons que, plus encore que pour l’isolation thermique, une bonne isolation acoustique ne peut être obtenue qu’avec une bonne mise en œuvre des produits.

Perméabilité à la vapeur d’eau

Les coefficients de résistance à la vapeur d’eau tels que présentés dans NF EN 12524 sont compris entre 70 et 90 (coupelle humide) et 200 et 220 (coupelle sèche) pour des panneaux de densité allant de 0,5 à 0,7.

Comportement au feu

Le pouvoir calorifique représente la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète du panneau. Conventionnellement, on retient une valeur de PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur, correspondant à un dégagement de l’eau sous forme non condensée) égale à celle du bois, soit 17 MJ/kg environ à une humidité de 12%.

La réaction au feu représente la capacité du panneau à participer à la propagation d’un incendie. Le contreplaqué, comme le bois dont il est essentiellement constitué, est combustible. Selon les applications, les exigences peuvent prendre en compte plusieurs critères liés à cette réaction au feu : l’inflammabilité, la contribution au feu, le dégagement de fumées, la création de débris enflammés.

Pour les Produits de Construction soumis au marquage CE, tous ces critères sont pris en compte pour la classification des produits (norme NF EN 13051-1).
Les classes de réaction au feu (Euroclasses) sont attribuées selon les résultats d’essais réalisés selon les normes :

  • NF EN ISO 11925-2 (inflammabilité),
  • NF EN ISO 9239-1 (méthode d’essai au ‘Panneau radiant’ pour les applications en revêtements de sol)
  • NF EN 13823 (méthode d’essai ‘SBI’ pour les autres applications).

Selon la norme NF EN 13986 relative aux panneaux à base de bois destinés à la construction, les panneaux de contreplaqué d’une épaisseur supérieure ou égale à 9 mm et d’une masse volumique supérieure ou égale à 400 kg/m3 sont classés conventionnellement : D, s2, d0.

L’ignifugation des panneaux permet d’atteindre les Euroclasses B ou C.
Les Euroclasses A1 ou A2 ne peuvent être atteintes par des produits majoritairement à base de bois du fait de sa combustibilité.

La résistance au feu ne s’applique pas directement à un matériau tel que le contreplaqué, mais à des ouvrages et concerne leur capacité à assurer leurs caractéristiques mécaniques en cas d’incendie afin de permettre l’évacuation des personnes.
Dans des ouvrages incorporant du contreplaqué, la vitesse de combustion de ce dernier peut influencer la stabilité. Cette vitesse varie entre 1 et 1,2 mm/min.