TRAVAILLER LE CONTREPLAQUÉ : DE L’IMAGE À L’ESPACE

Nous avons croisé la route de Serge Crampon à l’occasion de la dernière Matinée du Contreplaqué. Sujet commun, le beau. Nous savions son attachement au contreplaqué, à la matière, qui plus est au peuplier, mais pas seulement. Nous sommes retournés le voir afin qu’il nous explique pourquoi.

Photos : Serge CRAMPON

 

Plasticien, chorégraphe, photographe… l’homme aime visiblement changer de support pour s’exprimer. Il est cependant fidèle à ses inspirations.  Le contreplaqué est de celles-ci. Explications.

Rencontre à Venise

Les persiennes de Venise, en contreplaqué – Serge Crampon

Un plasticien de retour d’un voyage d’une année sur le mode de l’itinérance, Canada, Mexique, États-Unis, fait une étonnante rencontre en 1990 en découvrant le fabuleux port à bois de Nantes Cheviré… Cette confrontation avec la matière, déposée sur les quais, à été déterminante pour la suite. Le voyage initiatique le mène de la grume au contreplaqué, de Nantes à Venise.
Le voici parti sur la Citée des Doges, pour saisir en images les persiennes des maisons qui constellent la lagune. Car, en effet, ces persiennes sont en contreplaqué okoumé. Il s’agit de saisir l’image, l’essence de cet ensemble et la permanence d’une matière qui dure au voisinage de l’eau. Commande d’un industriel inspiré, Thierry Joubert. Serge Crampon se définit lui-même comme « une éponge à l’écoute du Monde ». L’aventure vénitienne lui ouvre un nouvel univers : la matière l’intrigue. Plus que le bois il a découvert le contreplaqué. S’ensuit un important travail photographique sur la transformation du contreplaqué par les architectes. Il s’intéresse alors à l’hôpital d’Orléans, à l’installation accompagnant l’anniversaire de Notre Dame de Paris, part aux Pays-Bas où le contreplaqué est omniprésent en façade.

 

Remonter à la source

Un travail sur la matière. 3000 clichés qui donneront « Port Couleurs » – Serge Crampon

Retour à Nantes. Le plasticien veut saisir la genèse de la matière. Il photographie les peupleraies en mode répétitif. Inspiré par l’effet cinétique de ces forêts. Sur le port de Nantes, il commence à photographier les grumes qui s’empilent avec un besoin intarissable d’exhaustivité. Puis les grumes deviennent feuilles. Puis s’empilent selon une géométrie précise. Les feuilles s’assemblent et deviennent panneaux. Près de 3000 clichés donneront naissance à un livre qui retrace ce cheminement de la matière au matériau. « Port Couleurs », qui lui-même donne lieu à des expositions. Pour ceux qui aiment le bois ; ou juste le beau.

 

De la matière à l’espace

Écrin de contreplaqué pour montrer le contreplaqué : le CIB 2018 - Serge Crampon

Écrin de contreplaqué pour montrer le contreplaqué : le CIB 2018 – Serge Crampon

Déjà, les clichés mettent en avant le veinage des faces, le graphisme des tranches, le velouté de l’aspect. Mais les images ne montrent pas tout « Je trouvais que le peuplier était une matière d’avenir. Sa légèreté, les sensations qu’il appelle : le matériau me plaisait beaucoup. » Passage par l’objet, le contreplaqué devient support photo. Puis Il utilise le contreplaqué pour repenser entièrement un logement. La luminosité qu’il apporte, l’aspect à la fois contemporain et très organique offre aux lieux un nouveau visage. Un visage qu’il décline à l’occasion du Carrefour du Bois en 2016 en créant un stand… mettant fortement en avant le peuplier. Parti prix : pas une vis apparente, « La matière vaut avant tout. »  Une matière brute, où il s’agissait avant tout d’utiliser le contreplaqué dans une recherche d’authenticité, de créativité et de confort. « Il s’agissait pour moi de mettre en évidence ces valeurs, qui sont celles du bois. Mais il ne fallait pas faire seulement ‘du joli’… il fallait que ce soit utile. » Bis repetita cette année : Serge Crampon réitère son travail sur l’espace avec le contreplaqué au Carrefour du Bois 2018. L’espace devait devenir un écrin en contreplaqué pour mettre en valeur le contreplaqué : le fond et la forme. Tranches, faces, forêts : le produits et ses origines. Cet espace devait en outre ne pas prendre trop de hauteur mais rester très ouvert et inviter le plus grand nombre à venir, toucher, s’emparer des échantillons, interagir. Pari gagné. Grace au contreplaqué ? Grace au plasticien ? Les deux.

Plus d’informations sur le travail de Serge Crampon : www.serge-crampon.info / Tél. 06 82 29 53 79

 


GALERIE PHOTOS DE SERGE CRAMPON