Restitution des interventions à l’occasion de la Matinée « Esthétique et design : potentiel du contreplaqué », qui s’est déroulée le 19 janvier 2018 à Paris.

« Mettre en avant les atouts du contreplaqué » - Romain ROUGIER, Président de l’UIPC

Romain Rougier a ouvert cette Matinée 2018 en se réjouissant de voir tant de professionnels réunis à l’occasion de cette troisième édition, qui se déroulait à la Halle Pajol à Paris. « Nous, les fabricants de contreplaqué avons lancé la Matinée afin de faire connaître très largement notre matériau.» Romain Rougier a ainsi rappelé que le contreplaqué se distinguait par sa capacité à s’adapter à de multiples usages – tant en structure, qu’en emballage et en caisserie, en revêtement intérieur ou extérieur qu’en nautisme, dans l’industrie aéronavale, les transports et bien entendu en menuiserie. Une polyvalence qui relève de la performance qu’offre ce matériau à moult égards. « Mais certains usages restent parfois peu connus. Ces Matinées ont pour objet de montrer cette diversité et de mettre en valeur les atouts qui l’autorisent. » Annonçant la suite de la Matinée, le Président conclut : « Esthétique et Design… un sujet particulièrement séduisant, qui a trait aux notions de sens, de confort et de plaisir. »

 

« Symbiose naturelle » – Florence DEVERNAY, architecte, paysagiste et architecte du patrimoine

DEVERNAY-2Passif, positif, cradle to cradle… les exemples présentés répondent à un besoin de sens : pratique, esthétique, écologique. Ils ont une autre constante : le contreplaqué. Tantôt utilisé en meuble où le champs est laissé visible ou en cloison-rangement pour repenser une pièce où le graphisme modernise l’intérieur, tantôt en lit-clos avec des portes coulissantes qui ne bougeront pas avec les années… Florence Devernay s’est également attardée sur une pièce humide, entièrement habillée de contreplaqué. La femme de l’art insiste sur le potentiel créatif que recèle le panneau contreplaqué : « Pour l’architecte, c’est un rêve : on dessine ce que l’on veut et l’artisan réalise ». Un matériau facile à travailler qui scelle un vrai partenariat entre le concepteur et le réalisateur.

 

Agencement et contreplaqué : le Green Love - C NAUD et F TRAN NGUYEN, MIND ARCHITECTURE

MINDA Marseille, un couple porte un projet de restauration engagé : ils sont vegan et entendent créer un lieu à la hauteur de ce mode de vie. Le lieu en question est exigü et sombre. Les propriétaires veulent en faire un endroit vivant, lumineux, moderne… et reflet de leur philosophie du respect. Les architectes choisis pour développer le projet «Green Love», Clélia Naud et Fabien Tran Nguyen de l’agence MIND, ont ainsi expliqué pourquoi et com- ment le contreplaqué était à la fois la réponse à ces exigences et le fil conducteur de l’esprit des lieux. Pourquoi le contreplaqué ? Pertinence écologique avec le vegan (colles à l’amidon, pas de tests sur les animaux, 100% français), capacité à illuminer l’espace en renvoyant la lumière et facilité de mise en œuvre… sont quelques uns des arguments avancés par les deux architectes. Ils soulignent également l’exigence en matière de sécurité incendie (ERP) pleinement satisfaite par les solutions contreplaqué. Les maîtres d’ouvrage ont quant à eux insisté sur leur pleine satisfaction quant à l’harmonie des lieux : «Les clients nous parlent d’une ambiance agréable et chaleureuse. Et ils restent des heures… parce qu’ils se sentent bien.»

Des logements qui vivent - JN FAY (Agence FAY) et J GRAVES (Agence VAZISTAS)

FAY-VAZISTAS-2Le programme de rénovation/ restructuration de logements sociaux présenté par les architectes Jean- Nicolas FAY et Julien GRAVES est exceptionnel : au coeur de Paris, il s’agissait de rehausser un immeuble et de repenser les espaces. Les architectes ont proposé un projet où l’usager et ses besoins sont au cœur du concept. Le contreplaqué apportait une réponse pertinente conciliant modularité et esthétique. «Depuis 30 ans, les modèles de la famille traditionnelle sont bouleversés. De nouveaux usages apparaissent dont il faut tenir compte : travail à domicile, garde alternée, manières d’habiter diversifiées. Nous avons proposé au maître d’ouvrage un travail sur les dispositifs qui permettent de faire varier l’espace en fonction des be- soins.» Parois coulissantes, «la pièce en plus» avec un séjour à géométrie variable… le contreplaqué s’est imposé pour assurer cette modularité, du fait de sa robustesse, sa flexibilité et des épaisseurs proposées. L’ensemble offre une esthétique cohérente et sobre qui invite au «plaisir d’habiter».

 

Hôtel éphémère – Edwin DURRLEMAN, AMORIS, agenceur

AMORISLa société AMORIS est spécialisée dans les solutions d’agencement pour l’hôtellerie. Edwin DURRLEMAN, son directeur, a resitué cet incroyable projet dans son contexte : une demande de Groupe AccorHotels qui cherchait à développer un concept d’hôtel moderne, éphémère et nomade, qui puisse se déplacer là où un besoin ponctuel émerge : dans le désert, dans une forêt, sur une piste de ski, au milieu d’un champs… en lien avec des événements. L’idée : récupérer des containers One Way, utiliser leur structure et l’habiller de contreplaqué en extérieur et… aménager toutes les cellules avec le contreplaqué. Le designer Ora-Ito a développé le concept ; la société CAPSA l’a mise en forme ; AMORIS a réalisé l’agencement. Le défi pour l’agenceur était de mettre au point un système à la fois esthétiquement satisfaisant et à l’épreuve de tout : les modules devant être transportés, déplacés, et possiblement malmenés, la solution devait pouvoir subir les déformations et permettre une remise en place impeccable. Chaque cellule (30 m2) dispose d’une chambre, d’un bureau et d’une salle d’eau. Le contreplaqué y est omniprésent.

 

De la matière au matériau – Sabine BOURY, Déléguée Générale de l’UIPC, pour Serge CRAMPON, plasticien

CRAMPONSerge CRAMPON, à la fois plasticien, chorégraphe et photographe a découvert le contreplaqué à l’heur d’une rencontre. Une passion s’en est suivie pour la matière offerte par le peuplier, dont Sabine BOURY s’est fait le porte-voix. Cette présentation a mêlé poésie et sensualité, citant la forme de l’arbre et sa dimension organique, que l’on retrouve dans le contreplaqué, et qui évoque les élans de la jeunesse, la souplesse, et le mouvement. Serge CRAMPON nous parle de grumes, de déroulage et «d’empreinte vitale de l’arbre». Il évoque un matériau qui convoque les sens : « sa douceur, celle de la peau ; sa couleur, celle du sable ; sa forme, celle du limon déposé par la mer.» Un matériau et une matière qui sont mises à profit pour des projets d’aménagement où la simplicité, la légèreté du matériau et sa facilité d’usinage le distinguent. Il achève en décrivant la propension du contreplaqué à renvoyer la lumière et l’aspect inspirant de ses motifs, comme autant de points de suspension.

 

De l’agencement à l’objet – Joran BRIAND, Studio Joran Briand Associé, Designer

BRIANDLe Studio Joran Briand Associé est une agence multidisciplinaire qui mêle design d’objet, architecture intérieure et design graphique. Son fondateur introduit sa présentation en annonçant ce qui anime cette agence : « Faire mieux avec moins.». Une démarche frugale qu’il a appliquée aux espaces dédiés au studio de design du Technocentre Renault de Guyancourt. «Les lieux étaient initialement très froids, avec une problématique d’atomisation des espaces et des sujets.» En réponse, Joran Briand propose d’apporter une dimension domestique, avec des espaces de confort et de socialité. Ces espaces – mobilier, assises en escalier faciles à déplacer, modules d’étagères séparatives…- sont en contreplaqué, pour répondre à un besoin de grande finesse, «de quasi no design». Autres sujets : des assises en contreplaqué cintré, un bureau présentant un incroyable porte-à-faux rendu possible grâce à la stabilité du contreplaqué, une table aux dimensions exceptionnelles… A l’issue de ce panorama, Joran Briand évoque les tendances à venir : l’attente de local, les approches sur le toucher, les formes, la délicatesse… Et de conclure : «Le contreplaqué a toute sa place dans les grandes tendances design 2019».

 

Conclusion : De la conception à l’agencement – Pierre HAESEBROUCK, Président de la Chambre Française de l’Agencement

« J’ai compris aujourd’hui pourquoi je vois de plus en plus de contreplaqué dans mes ateliers… Également impliqué dans le projet Adivbois, les notions de Cadre de vie, de confort et de perception portées par le contreplaqué m’interpellent. Ce matériau hautement esthétique et techniquement performant répond aussi à la tendance de responsabilité sociale et sociétale. C’est un matériau qui est un objet en soit, qui fait rentrer les arbres à l’intérieur. Un objet pour faire des objets. Les réalisations qui ont été présentées sont l’œuvre d’une équipe, une symbiose, où l’agenceur a toute sa place pour expérimenter et illustrer les idées.»

 

LA SYNTHÈSE (en Pdf) LA LETTRE DU CONTREPLAQUÉ FEVRIER-MARS

 


SUR CE THÈME : TÉLÉCHARGEZ LES PRÉSENTATIONS DE LA MATINÉE 2018

TÉLÉCHARGEMENTS

A CONSULTER/ LES ARTICLE DE MARS